Les supermarchés de Molenbeek doivent payer une (lourde) taxe sur les caisses en libre-service : « Complètement hors sol », et un « catapultage vers le siècle dernier »

Le conseil municipal de la commune de Molenbeek a décidé que les supermarchés devront désormais payer une taxe annuelle de 5.600 euros pour chaque caisse où l’on scanne soi-même ses produits. Fait remarquable, une seule chaîne de magasins, Delhaize, est concernée par la nouvelle mesure.

La taxe a été introduite parce que les caisses en libre-service auraient un impact sur l’emploi. C’est du moins l’argument avancé par la bourgmestre Catherine Moureaux (PS).

Un autre facteur qui a joué en faveur de la décision est l’hypothèse selon laquelle les caisses « self-scan » auraient un impact sur la cohésion sociale dans le quartier, ce qui toucherait en particulier les personnes âgées, « car il n’y a pas de contact entre les clients et les employés ».

L’échevin des Finances Georges Van Leeckwyck (MR) a également défendu cette démarche. Cette mesure s’inscrirait dans le cadre d’un plan visant à faire face au « contexte budgétaire difficile » de Molenbeek-Saint-Jean. En outre, le conseil municipal a également introduit des taxes sur les tournages de films professionnels et a réformé la taxe sur la publicité dans les espaces publics, a déclaré l’échevin à Belga.

Incompréhension chez Delhaize et Buurtsuper

Du côté des supermarchés, il n’y a aucune compréhension pour cette taxe. Buurtsuper, l’organisation des entrepreneurs des supermarchés et des magasins spécialisés, (qui fait partie d’UNIZO, l’union flamande des indépendants, PME et professions libérales), qualifie même la mesure de « complètement hors sol ».

Une étude récente montre qu’il est faux de croire que des emplois disparaîtraient à cause de l’automatisation des caisses, explique Luc Ardies de Buurtsuper dans un billet de blog. « Nous avons remarqué chez nos membres qui introduisent le système que les caisses traditionnelles continuent d’exister. Cela nous permet de continuer à servir les clients plus âgés ou ceux qui aiment discuter avec les caissiers. En outre, un ou plusieurs caissiers seront toujours déployés dans la zone de self-scanning pour aider les clients à cet endroit tout en effectuant quelques contrôles. »

Buurtsuper affirme également que la taxe aura en fait un effet négatif sur le marché du travail. « Notre récente analyse de rentabilité a montré que 60 à 70% des supermarchés indépendants subiront des pertes en 2022 en raison de la hausse des coûts énergétiques. L’introduction d’une telle taxe pourrait être la goutte d’eau qui fait déborder le vase et entraîner la fermeture de l’entreprise », indique le représentant du secteur.

Delhaize, la seule chaîne de magasins à Molenbeek qui utilise des caisses en libre-service, n’est pas non plus satisfaite de cette taxe. Selon le porte-parole Roel Dekelver, elles n’ont pas d’impact négatif sur l’emploi. « Les caisses en libre-service sont surveillées en permanence par un membre du personnel. Ces personnes sont également déployées de manière flexible dans le magasin. » Selon Dekelver, la mesure coûtera au supermarché pas moins de quelque 78.000 euros par an.

« Un catapultage tout droit vers le siècle dernier »

Par ailleurs, Comeos, la fédération du commerce et des services et représentant des supermarchés, déclare dans un communiqué de presse qu’elle trouve cette démarche incompréhensible. « C’est une nouvelle taxe qui ne concerne que les magasins physiques. Elle nous catapulte directement au siècle passé. Quel signal l’autorité locale de Molenbeek donne-t-elle avec cela ? Arrêtez d’innover et commencez à travailler comme au siècle dernier », déclare Dominique Michel, directeur général de la Fédération du commerce. Il ajoute que l’inflation rend le moment particulièrement mal choisi pour s’attaquer au commerce local, alors que le commerce en ligne reste intact.

Michel dit également que l’argument de Moureaux, selon lequel les caisses automatiques réduiraient l’emploi, n’est pas du tout vrai. « Au cours des cinq dernières années, le nombre d’employés dans les supermarchés a augmenté de 6,6%. » Michel rejette également l’idée que les caisses automatiques réduiraient la cohésion sociale. « Il y a en fait plus de personnel et plus d’interaction avec le client. »

(CP)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20