Ne demandez pas à un Japonais ce qu’il pense d’une retraite à 65 ans

Selon le Japan Times, les personnes âgées continuent de travailler au-delà de la retraite dans l’Empire du Soleil levant. Trois personnes de plus de 65 ans sur quatre travaillent encore. Pas moins d’un Japonais sur trois, âgé de 70 à 74 ans, est sur le marché du travail.

Pourquoi est-ce important ?

L'économie japonaise est la troisième du monde, mais c'est aussi celle à la population qui vieillit le plus vite. Le pays s'efforce de maintenir sa position alors que sa population diminue et compte sur un taux d'emploi plus élevé chez les seniors. Le contraste est assez saisissant avec ce qu'il se passe en France, où partir à la retraite à 64 ans est une ligne rouge. Au Japon, ce choix n'existe pas.

Dans l’actualité : le vieillissement de la population au Japon pose certains défis. Selon une étude de l’université Chuo de Tokyo, le pays manquera de plus de 6,44 millions de travailleurs d’ici 2030. Une participation accrue des personnes âgées à la vie active devrait contribuer à maintenir à flot l’économie et le système de sécurité sociale du Japon.

  • En 2020, le gouvernement japonais a déjà approuvé une série de projets de loi visant à permettre aux entreprises d’autoriser leurs employés à travailler jusqu’à 70 ans.
  • Sur les quelque 125 millions de Japonais, 29,1 % ont plus de 65 ans. 40 % des personnes de cette tranche d’âge déclarent qu’elles aimeraient travailler plus longtemps.
  • Le gouvernement japonais lance également d’autres plans. Par exemple, les entreprises obtiendront des concessions financières lorsqu’elles réembaucheront des retraités.
  • Les cotisations de sécurité sociale des travailleurs âgés de 60 à 64 ans seraient également réduites.

Les seniors eux-mêmes en demande

Zoom avant : Le gouvernement n’est pas le seul à vouloir que les gens travaillent plus longtemps, les personnes âgées elles-mêmes le demandent également, selon le Japan Times. En effet, vivre plus longtemps entraîne un besoin de revenus plus importants.

  • Les personnes âgées qui souhaitent conserver le même mode de vie ne parviennent pas à joindre les deux bouts à la retraite et préfèrent donc continuer à travailler. De cette façon, ils restent également actifs socialement, ce qui est considéré comme bon pour leur santé.
  • Mais la plupart des personnes âgées ont occupé le même emploi pendant presque toute leur carrière, accumulant ainsi peu de compétences pour exercer un autre emploi, ce qui les désavantage énormément sur le marché du travail. C’est pourquoi, après la retraite, ils acceptent souvent des emplois mal rémunérés tels que ceux d’agent de sécurité, de nettoyeur ou de concierge.
  • Le gouvernement japonais préconise donc une politique permettant aux travailleurs retraités de continuer à travailler dans la même entreprise au lieu de devoir chercher du travail ailleurs.

La plupart des plus de 65 ans sont encore actifs

Les chiffres : Le nombre de personnes âgées de plus de 65 ans qui restent actives sur le marché du travail est en hausse depuis 18 ans.

  • Trois personnes de plus de 65 ans sur quatre travaillent encore. Actuellement, ce pourcentage s’élève à 13,5 % de la population active.
  • Parmi celles-ci, une personne sur trois âgée de 70 à 74 ans travaille. Parmi les personnes de plus de 75 ans, 10 % travaillent encore.
  • De même, dans le groupe des 55-59 ans, 91,3 % des hommes et 72,8 % des femmes travaillaient encore. Dans la tranche d’âge 60-64 ans, cette proportion était encore de 82,6 % chez les hommes et de 59,7 % chez les femmes. Cela contraste fortement avec le taux d’emploi belge des 55-64 ans, qui s’élevait à 56,4 %, selon Statbel.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20