Scott Minerd, investisseur de premier plan, tire la sonnette d’alarme : le risque de cyberattaque russe contre le système financier est « élevé »

Le risque d’une cyberattaque sur le système financier par la Russie était déjà élevé auparavant. Mais l’exclusion de SWIFT n’a fait qu’augmenter le risque. C’est ce que suggère Scott Minerd, CIO (chief investment officer) du gestionnaire d’actifs américain Guggenheim Investments, dans un entretien avec l’agence de presse Bloomberg publié mardi.

Pourquoi est-ce important ?

En guise de mesure punitive pour l'invasion de l'Ukraine par la Russie, l'Union européenne a décidé d'exclure sept banques russes du réseau SWIFT. Ce système de messagerie financière relie plus de 11.000 entités bancaires dans le monde et permet des transactions de plusieurs milliers de milliards de dollars. Cependant, cette sanction pourrait revenir comme un boomerang dans le visage de l'Occident, selon plusieurs analystes.

M. Minerd a mis en garde mardi contre le risque que la Russie riposte aux sanctions économiques par une cyberguerre contre le système financier. « La probabilité d’une cyberattaque contre notre système de paiement est élevée », a déclaré M. Minerd. « S’ils paralysent le système de paiement, les marchés seront pris d’assaut », a-t-il ajouté.

M. Minerd a reconnu que la Russie n’a pas encore lancé de cyberattaque majeure de cette nature et que toute attaque ne provoquerait que des perturbations temporaires. Néanmoins, il a prédit que l’Ukraine serait la principale cible.

Les préoccupations de Minerd sont également motivées par des signaux émanant de l’administration. Par exemple, après l’annonce de mesures punitives par le président américain Joe Biden la semaine dernière, les représentants du gouvernement américain ont spécifiquement mis en garde contre les attaques de ransomware en provenance de Russie.

Conséquences involontaires

M. Minerd n’est pas le seul expert du marché à avoir mis en garde contre les conséquences involontaires des sanctions, telles qu’une cyberguerre.

Jamie Dimon, PDG de JP Morgan, s’est également inquiété de l’interdiction de SWIFT : « La guerre ne suit pas toujours le chemin que l’on souhaite », a-t-il déclaré, cité par Bloomberg. « Les sanctions financières ne suivent pas toujours le chemin que l’on souhaite. Les gens doivent être très réfléchis dans leur façon d’aborder ces choses. »

La semaine dernière, la société d’investissement Wedbush a laissé entendre qu’une vague de cyberattaques menées par des organisations étatiques russes pourrait ébranler non seulement les entreprises privées américaines et européennes dans les mois à venir, mais aussi les gouvernements.

Lundi, le constructeur automobile japonais Toyota a même fermé ses usines après une cyberattaque présumée. Le Japon s’est joint aux pays occidentaux pour imposer des sanctions économiques à la Russie.

Plutôt optimiste

Malgré ces préoccupations en matière de sécurité, M. Minerd a fait preuve d’un certain optimisme quant aux perspectives financières des marchés.

Guggenheim a acheté des actions privilégiées et des indices d’actions, mais n’a pas pu tirer profit de certains investissements en dette. « Nous essayons d’acheter des obligations à haut rendement et des prêts bancaires, mais le marché est si mince », a fait valoir M. Minerd.

Comme Guggenheim n’a pas l’habitude d’acheter des actions individuelles, Minerd a acquis des actions dépréciées de services de paiement par le biais de son compte personnel aux États-Unis. « Ce sont les chouchous de l’ère Covid, et ils sont battus, ils ont des flux de trésorerie positifs et ont des multiples très raisonnables », a-t-il souligné. « Ce sont des actions de croissance. »

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20