Les marchés:
Markten inladen...

LUNDI 13 JUIL

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

4 raisons pour lesquelles l’économie russe continue de croître malgré les sanctions occidentales

Logo Business AM
Économie

15/02/2019 | Dominique Dewitte | 5 min de lecture

L’économie russe a connu une croissance de 2,3 % l’année dernière. C’est un pourcentage impressionnant par rapport à l’année précédente, au cours de laquelle le pays avait enregsitré une croissance de 1,6 %. Les chiffres ont été publiés la semaine dernière par le bureau des statistiques Rosstat, qui fait partie du ministère de l’Économie.

Certains économistes craignent que la Russie ne manipule ses chiffres. L’économie aurait enregistré sa croissance la plus rapide depuis 2012 l’année dernière. Et tout cela en dépit des nombreuses tensions géopolitiques et des sanctions occidentales.

Bien que certains considèrent ces chiffres comme peu fiables, il ne fait aucun doute que l’économie russe est en croissance.

4 choses sont à la base de cette croissance

1. Une croissance explosive des crédits à la consommation

La plus forte croissance a été enregistrée dans les secteurs de la finance et des assurances (6,3 %). De plus en plus de Russes achètent à crédit. Le nombre de prêts hypothécaires a également augmenté de 25 %, ce qui est énorme. Cela s’explique principalement par la politique de faible taux d’intérêt de la banque centrale russe.  Mais en même temps, il y a aussi une mauvaise nouvelle. Le revenu réel russe a chuté pour la cinquième année consécutive. Mais plutôt que de limiter leurs dépenses, le Russe moyen achète maintenant à crédit, ce qui pourrait créer des bulles à l’avenir. La banque centrale a commencé à durcir les conditions d’emprunt à la fin de l’année dernière.

2.  La coupe du monde de football

La Coupe du monde de football, qui a eu lieu en Russie l’année dernière, a généré une augmentation non négligeable de 0,4 % sur le PIB du pays. Le secteur de l’horeca a enregistré une croissance de 6,1 % et est ainsi devenu le second secteur le plus performant de l’économie russe.

Équipe de football belge
Clive Rose/Getty Images

3. Le pétrole cher

Le prix du pétrole, principal produit d’exportation de la Russie, a atteint 70 dollars le baril en 2018, contre 54 dollars en 2017, soit une augmentation de 30 %. La Russie a également été en mesure de reprendre à son compte une partie du commerce du pétrole que l’Iran a dû abandonner à cause des sanctions américaines.

4. Un rouble bon marché

Ajoutez à cela l’effondrement du rouble russe qui a dû céder 20 % de sa valeur, et le fait que les exportateurs de pétrole russes sont payés en dollars tandis qu’ils payent leurs transactions locales en roubles.

La Russie manipule-t-elle sa croissance économique ?

Les prévisions de croissance ont été révisées à la hausse à plusieurs reprises ces derniers mois par le ministère de l’Economie. Cependant, la croissance de 2,3% reste incertaine, car personne ne peut vraiment dire d’où elle provient. Par exemple, la croissance dans le secteur de la construction a été ajustée de 0,5 % à 5,3 %, mais aucune explication n’a été fournie. Kirill Tremasov, un ancien employé du ministère de l’Économie, a qualifié les nouvelles données de « sans valeur ».

La conclusion générale est que l’économie russe est effectivement en croissance, mais pas autant que le ministère le prétend. Selon Vladimir Osakovsky, économiste en chef de Bank of America Merrill Lynch en Russie,  les mesures spéciales et les conditions qui ont propulsé l’économie russe en 2018 ne peuvent se répéter année après année. Néanmoins, l’Occident doit admettre que les sanctions économiques imposées à la suite de l’annexion de la Crimée par la Russie ne fonctionnent pas.


Pour aller plus loin...


Logo Business AM

Business AM | Stocks