Qu’est-ce que Langya, le nouveau virus découvert en Chine ?

Un nouveau virus qui peut se transmettre des animaux aux humains a été découvert en Chine. Il s’agit du Langya henipavirus (LayV) – et on a trouvé sa trace dans deux provinces de l’est du pays. Il provoque des symptômes tels que de la fièvre, de la fatigue, la toux, la perte d’appétit et des douleurs musculaires. Il n’y a pas encore de décès, mais le virus appartient à une famille dont les taux de mortalité sont exceptionnellement élevés.

Le virus Langya ou LayV est un henipavirus zoonotique. Il fait partie de la famille des hénipavirus, dont deux souches ont déjà été identifiées : le virus Hendra – découvert pour la première fois dans la banlieue éponyme de Brisbane, en Australie – et le virus Nipah. Tous deux provoquent des infections graves et sont souvent mortels. L’Organisation mondiale de la santé classe actuellement les henipavirus comme une menace de biosécurité de niveau 4. Le taux de mortalité des cas varie entre 40 et 75 %. Ce chiffre est bien supérieur aux taux de mortalité habituels pour les coronavirus, la famille à laquelle appartient le COVID-19.

Les musaraignes, un réservoir naturel ?

Il n’existe actuellement aucun vaccin contre les hénipavirus. Le seul traitement que les médecins et les professionnels de la santé peuvent offrir consiste à soulager les différents symptômes.

Aucun décès n’a été signalé à ce jour à cause de Langya. Ce nouvel henipavirus a été découvert pour la première fois dans les provinces du nord-est de Shandong et Henan fin 2018, mais n’a été formellement identifié par les scientifiques que la semaine dernière.

Le virus a probablement été transmis des animaux aux humains. Les chercheurs ont testé des animaux sauvages et ont trouvé l’ARN viral Langya dans plus d’un quart des 262 musaraignes testées. Cela suggère que ce rongeur pourrait être un réservoir naturel. Le virus a également été trouvé chez 2 % des chèvres domestiques et 5 % des chiens.

Les premières recherches sur le virus ont été décrites dans une correspondance publiée dans le New England Journal of Medicine (NEJM) la semaine dernière par des scientifiques de Chine, de Singapour et d’Australie.

Fièvre, fatigue, toux, perte d’appétit et douleurs musculaires.

Chez l’homme, le virus a provoqué des symptômes tels que fièvre, fatigue, toux, perte d’appétit et douleurs musculaires. Toutes les personnes infectées avaient de la fièvre, ont précisé les scientifiques. Il n’y a pas eu de décès dus au Langya jusqu’à présent. Le professeur Wang Linfa, de l’école de médecine Duke-NUS, coauteur de l’article du NEJM, a déclaré au journal d’État chinois Global Times que les cas de Langya recensés jusqu’à présent n’étaient « ni mortels ni très graves » et qu’il n’était « pas nécessaire de paniquer ».

Les chercheurs ont déclaré qu’il n’était pas encore clair si le virus pouvait être transmis entre humains. La plupart des 35 cas examinés concernaient des agriculteurs et des ouvriers d’usine. « La recherche des contacts de neuf patients avec 15 parents proches n’a pas révélé de transmission Langya par contact étroit, mais la taille de notre échantillon était trop faible pour déterminer le statut de la transmission interhumaine », indiquent les chercheurs.

(JM)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20