‘Proximus a un rôle sociétal à jouer’

5G-netwerk Proximus
Proximus. – Isopix

Proximus est conscient de son rôle sociétal dans cette crise du coronavirus, a déclaré lors de l’assemblée générale, Stefaan De Clerck, président du conseil d’administration, qui a rempilé pour deux ans. Au niveau de la 5G, le boss de Proximus assure appliquer un principe de précaution.

Différentes mesures ont déjà été prises par l’opérateur télécom. Le CEO, Guillaume Boutin, a également annoncé la possibilité d’une note de crédit d’un mois pour les PME qui souhaiteraient un soutien financier.

« Proximus offre la possibilité aux petites et moyennes entreprises qui n’ont pas utilisé leur ligne durant le mois d’avril et souhaitent un soutien financier d’obtenir une note de crédit d’un mois sur les frais d’abonnements », a précisé le CEO.

Mesures contre le covid-19

Cette mesure s’ajoute à d’autres déjà annoncées par l’entreprise, comme des appels gratuits vers les lignes fixes, un volume de data supplémentaire, l’internet illimité, ainsi que le soutien des écoles pour le téléenseignement.

Concernant les soins de santé, outre le wifi gratuit dans des hôpitaux et centres de tri, Proximus s’est également associé à la plateforme Doctena pour permettre aux médecins d’organiser des téléconsultations. L’outil est actuellement utilisé par 4.000 d’entre eux.

Les prévisions financières pour 2020 de l’entreprise oscillent pour l’instant dans une fourchette comprise entre 780 et 800 millions d’euros, a-t-il conclu.

Proximus tente de rassurer sur la 5G

Stefaan De Clerck s’est arrêté sur le dossier brûlant de la 5G (à partir de 33’35): ‘Proximus reconnait et assume pleinement sa responsabilité sociétale, et applique un principe de précaution lorsqu’il s’agit de protéger ses clients.’ Le président du Conseil d’administration assure respecter les normes de l’OMS, voire d’être bien en deçà.

Il ajoute que ‘30.000 études sur l’impact électromagnétique n’ont pas réussi à montrer l’effet négatif de l’exploitation de ce spectre de fréquence’.

L’opérateur avait lancé son plan en plein confinement. 30 communes tests pour déployer sa 5G light, ce qui avait suscité une vive réaction citoyenne, matérialisée par une pétition qui récoltait 100.000 signatures, mais qui a depuis été supprimée par le site Change.org, comme le relayait alter-échos.

Petite victoire pour les anti-5G, toutefois, l’interruption du déploiement de la 5G light sur le territoire d’Ottignies-Louvain-La-Neuve.

Le débat sur la 5G fait l’objet d’une enquête publique de la part de l’Institut belge des services postaux et des télécommunications, mais elle est considérée comme très technique et avec certains manquements en termes environnementaux et du respect de la vie privée.