Les premières fissures dans l’amitié ? La Serbie tout sauf ravie par la campagne de recrutement russe

Le président serbe Aleksandr Vucic est loin d’être satisfait des tentatives russes de recruter des Serbes pour combattre en Ukraine. Le recrutement est censé fournir un nouvel afflux de troupes pour la milice privée Wagner Group.

Pourquoi est-ce important ?

Le groupe Wagner était connu depuis des années comme une milice privée composée de soldats d'élite, principalement des vétérans de l'armée russe ou du service de renseignement militaire GROe. L'année dernière, la milice a été déployée dans la guerre en Ukraine, recrutant des dizaines de milliers de soldats. Des prisonniers condamnés pour meurtre ont, entre autres, été recrutés par le propriétaire du groupe Wagner, Yevgeny Prigozhin. Mais le groupe cherche également des recrues en dehors de la Russie.

Dans l’actualité : le groupe Wagner recrute désormais aussi en Serbie, contre la volonté des autorités locales.

  • Plusieurs sites web et médias russes feraient de la publicité pour le groupe Wagner en serbe. Au début du mois, la publicité a été vue, entre autres, sur la branche serbe de l’agence de presse de l’État russe RT. Une vidéo y montre deux soldats Wagner masqués s’identifiant comme des Serbes.
  • Seulement, les deux hommes semblent enfreindre la loi serbe. Le gouvernement serbe a interdit à ses citoyens de prendre part à des conflits étrangers. Plusieurs personnes ont déjà été condamnées pour cela. Le fait que la Russie ait autorisé la promotion du recrutement de Wagner est une mauvaise chose pour le gouvernement serbe.
  • « Pourquoi faire une telle chose à la Serbie ? Pourquoi, Wagner appelle des Serbes, alors qu’ils savent que cela est contraire à notre loi ? », s’indigne le président serbe Aleksandr Vucic sur la chaîne de télévision Happy TV. Auparavant, son ministre de la Défense, Milos Vucevic, avait mis en garde les Serbes qui voulaient partir en guerre en Ukraine. « Cela entraînera des conséquences juridiques », averissait-il, relayé par Radio Free Europe.
  • Le groupe Wagner peut, par sa publicité, creuser un fossé entre la Serbie et la Russie. Les deux pays ont jusqu’à présent travaillé en étroite collaboration, et la Serbie a été très réticente à condamner l’invasion de l’Ukraine. L’une des principales raisons de cette réticence est l’approvisionnement en énergie. La Serbie dépend entièrement du gaz russe et l’une des plus grandes entreprises du pays, la compagnie pétrolière NIS, est détenue à 50 % par le géant énergétique russe Gazprom.

Le contexte : Entre Wagner et la Serbie, la relation dure depuis un certain temps. La milice privée emploierait même une unité serbe.

  • Bien que le groupe Wagner vise principalement des vétérans russes, il cherche également des candidats soldats en dehors de ses frontières. En Serbie, par exemple : il est de notoriété publique que certains Serbes faisaient partie de l’armée Wagner qui a aidé la Russie à annexer la Crimée en 2014. Les Serbes ont par ailleurs combattu côte à côte avec les Russes dans le Donbass.
  • Juste avant cette annexion, tant de Serbes avaient rejoint la milice qu’une unité serbe a été créée. Celle-ci était dirigée par le Serbe de Bosnie Davor Savičić. Il a combattu pour le Corps des volontaires serbes, aussi connu sous le nom de Tigres d’Arkans, pendant la guerre civile en Bosnie. Il a aussi combattu au Kosovo, cette fois en tant que membre de l’Unité des opérations spéciales, une unité d’élite de la police yougoslave.
  • Officiellement, le propriétaire du groupe Wagner, Yevgeny Prigozhin, nie tout lien avec la Serbie. Vucic nie également que la milice privée a un pied dans son pays.

RVW

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20