Pourquoi nous pouvons nous attendre à un afflux de réfugiés afghans à nos frontières d’ici le printemps

Rien qu’entre octobre et fin janvier, plus d’un million d’Afghans du sud-ouest du pays sont partis pour l’Iran en empruntant l’une des deux principales routes migratoires. Les organisations humanitaires estiment que quelque 4.000 à 5.000 personnes entrent quotidiennement en Iran. Cela fait craindre qu’au printemps, lorsque les températures augmenteront et que les routes enneigées deviendront plus faciles à emprunter, un flot d’Afghans puisse atteindre les frontières de l’Union européenne.

Depuis que les États-Unis ont retiré leurs troupes et que les talibans ont pris le pouvoir, l’Afghanistan est plongé dans une crise économique qui a poussé des millions d’Afghans à bout. Leurs revenus ont disparu, la faim menace leur vie et l’aide dont ils ont tant besoin est entravée par les sanctions occidentales contre les responsables talibans.

Plus de la moitié de la population souffre de « niveaux extrêmes » de faim, a déclaré le mois dernier le secrétaire général des Nations unies, António Guterres. Sans perspective d’amélioration immédiate, des centaines de milliers de personnes ont fui vers les pays voisins. Si beaucoup choisissent de partir en raison de la crise économique immédiate, la perspective d’une domination à long terme des talibans – y compris les restrictions imposées aux femmes et la crainte de représailles – n’a fait que renforcer l’urgence de leur départ.

Quatre fois plus de réfugiés en janvier

Selon les estimations, jusqu’à quatre fois plus d’Afghans ont quitté l’Afghanistan pour le Pakistan puis l’Iran chaque jour en janvier par rapport à la même période l’année dernière. Elle suscite également la nervosité en Europe, où les responsables politiques craignent une répétition de la crise des migrants de 2015, lorsque plus d’un million de personnes, principalement des Syriens, ont demandé l’asile en Europe, provoquant une réaction populiste. Nombreux sont ceux qui craignent qu’au printemps prochain, lorsque les températures augmenteront et que les routes enneigées seront plus faciles à emprunter, un flot d’Afghans puisse atteindre les frontières de l’Union européenne.

Déterminée à freiner l’arrivée de migrants dans la région, l’Union européenne a promis, l’automne dernier, une aide humanitaire de plus d’un milliard d’euros à l’Afghanistan et aux pays voisins qui accueillent des réfugiés afghans. « Nous avons besoin de nouveaux accords et engagements pour aider et assister une population civile extrêmement vulnérable », a déclaré Jonas Gahr Store, le Premier ministre norvégien, lors de la réunion du Conseil de sécurité des Nations unies sur l’Afghanistan le mois dernier. « Nous devons faire ce que nous pouvons pour empêcher une nouvelle crise migratoire et une nouvelle source d’instabilité dans la région et au-delà. »

L’aide humanitaire ne peut sauver le pays de l’effondrement économique

Mais les donateurs occidentaux sont toujours aux prises avec des questions complexes sur la manière de remplir leurs obligations humanitaires envers les Afghans ordinaires sans soutenir le nouveau gouvernement taliban. Ces derniers mois, les responsables talibans ont fait appel aux responsables occidentaux en faisant certaines promesses concernant l’éducation des filles et d’autres conditions fixées par la communauté internationale pour l’obtention de l’aide. Face à l’aggravation de la situation humanitaire, les États-Unis ont également accordé des exemptions de sanctions et promis une aide de 308 millions de dollars le mois dernier, ce qui porte à 782 millions de dollars le total de l’aide américaine au pays depuis octobre de l’année dernière.

Mais l’aide ne peut en aucun cas tout résoudre dans un pays confronté à l’effondrement économique, selon les experts. À moins que les donateurs occidentaux n’agissent plus rapidement pour relâcher leur emprise sur l’économie et revitaliser le système financier, les Afghans qui cherchent désespérément du travail continueront probablement à se tourner vers l’étranger.

Les responsables talibans profitent de l’exode en réglementant le commerce lucratif de la contrebande

Même avant la prise de pouvoir par les talibans, les Afghans représentaient le deuxième plus grand nombre de demandes d’asile en Europe après la Syrie et l’une des plus grandes populations de réfugiés et de demandeurs d’asile au monde – environ 3 millions de personnes – dont la plupart vivent en Iran et au Pakistan.

Beaucoup ont fui par Nimruz, un coin reculé du sud-ouest de l’Afghanistan, coincé entre les frontières de l’Iran et du Pakistan et port de contrebande depuis des décennies. Alors que la crise économique s’aggravait, les responsables talibans locaux ont tenté de profiter de l’exode en réglementant le commerce lucratif de la contrebande. Ils ont également introduit une nouvelle taxe – environ 10 euros pour chaque voiture allant au Pakistan.

Dans un premier temps, les responsables talibans ont également taxé l’autre principale route de migration de la ville, un voyage mené par des contrebandiers à travers le désert et par-dessus le mur frontalier directement en Iran. Mais après des allégations, en septembre, selon lesquelles un contrebandier aurait violé une jeune fille, les talibans ont changé de cap et frappent fort s’ils trouvent des contrebandiers sur cette route désertique.

Traverser la frontière n’est d’ailleurs que le premier obstacle que les Afghans doivent surmonter. Depuis la prise de pouvoir, le Pakistan et l’Iran ont intensifié les déportations. Selon l’Organisation internationale pour les migrations des Nations unies, au cours des cinq derniers mois de 2021, plus de 500.000 personnes entrées illégalement dans ces pays ont été soit expulsées, soit renvoyées volontairement en Afghanistan.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20