Pour comprendre la révolution du bitcoin, « il faut remonter au 16e siècle »

Tuur Demeester, probablement le Belge le plus influent dans le monde de la crypto, fait le parallèle entre la Réforme protestante au XVIe siècle et la révolution que bitcoin va déclencher.

Demeester est un bitcointrader depuis le tout début et fondateur du fonds
texan Adamant Capital. Avec plus de 200 000 abonnés sur Twitter, le Belge
qui a déménagé aux États-Unis est l’une des voix les plus influentes du monde de la cryptomonnaie.

Tuur Demeester, un pionnier du bitcoin internationalement reconnu.

Dans son étude ‘Bitcoin Reformation’, il compare la période actuelle au XVIe
siècle. Tout comme l’Église catholique avait un monopole religieux qui a fini par s’effondrer, le système financier actuel sera remis en question par la montée des monnaies virtuelles tel que le bitcoin et autres.

Nouvelle Amsterdam

La Réforme protestante, initiée par l’inculpation du moine allemand Luther contre l’Église catholique, a conduit à un schisme dans l’Église. Mais la révolution s’est élargie. C’était aussi une période de grands progrès technologiques.

À l’époque, les intellectuels anversois s’enfuirent en masse vers les Pays-Bas. Les graines ont été semées pour l’âge d’or des Pays-Bas et ensuite la future métropole de New York, la Nouvelle Amsterdam. Demeester y voit des similitudes avec notre époque actuelle.

« Nous voyons de larges couches de la population, et en particulier la génération des millenials, critiquer de plus en plus l’interventionnisme des banques centrales. En même temps, les outils technologiques se développent à un rythme accéléré qui peut perturber le statu quo économique », écrit l’ancien étudiant de l’Université de Gand.

L’écosystème financier

Le prix du bitcoin fluctue considérablement. Par conséquent, la crypto- monnaie n’est pas encore appropriée comme monnaie commune et est principalement utilisée comme investissement spéculatif. Selon les sceptiques, les cryptomonnaies comme le bitcoin ne deviendront jamais courantes.

Mais Demeester pense que le bitcoin peut arriver à maturité en tant que monnaie et sera également utilisé pour les produits financiers actuels tels que les obligations, les prêts personnels et les assurances.

Selon lui, la dynamique dans le domaine de l’innovation financière se rapproche des XVIe et XVIIe siècles. Et tout comme à l’époque, il s’attend à ce qu’il y ait une séparation dans la population entre les « tolérants et les non-tolérants aux bitcoins ».

Leur langage propre est typique des révolutions. Tout comme les luthériens avaient le proverbe latin « Sola fide » (« La foi seule ») dans leur bannière, les cryptophiles ont leurs propres expressions telles que « HODL » (« Hold on for dear life »).

Traduit en finnois

Comment Demeester est-il arrivé à cette comparaison historique ? « J’ai fait des recherches sur l’histoire de la Flandre et les différences culturelles avec les Pays-Bas », explique-t-il à Business AM. « C’est ainsi que j’ai peu à peu appris à mieux connaître ce XVIe siècle mouvementé. Il m’est apparu clairement qu’il y avait des parallèles possibles avec aujourd’hui. »

Le rapport de Demeester a fait son chemin dans le monde du bitcoin en un
rien de temps. Sa comparaison historique a été immédiatement discutée sur les forums Internet. Les amateurs ont traduit le rapport en finnois et l’ont transformé en une version orale en podcast. Ce qui plait forcément à Demeester : « Je suis très satisfait des réactions des sceptiques sur le bitcoin, qui reconnaissent que les parallèles sont effectivement intrigants. »

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20