La politique sanitaire chinoise fait des ravages : le plus grand producteur mondial de minerai de fer enregistre une forte baisse de bénéfices

Rio Tinto, l’entreprise anglo-australienne qui extrait et distribue le plus de minerai de fer au monde, a vu ses bénéfices pour le premier semestre de l’année chuter de 28 %. La société a invoqué une baisse de la demande chinoise.

  • Pour les six premiers mois de cette année, Rio a déclaré que son bénéfice sous-jacent s’élevait à 8,6 milliards de dollars, selon le journal économique Financial Times.
  • Les entreprises peuvent calculer leur bénéfice sous-jacent en prenant en compte toutes les pertes ou tous les gains qui ne sont pas récurrents et qui ne font pas partie des opérations quotidiennes.
  • Ces chiffres sont ensuite soustraits des recettes, ainsi que des dépenses normales, pour déterminer le bénéfice.
  • Un an plus tôt, le bénéfice était de 12,17 milliards de dollars, un record.
  • Il est légèrement supérieur à l’attente du consensus de 8,5 milliards de dollars.

Entre-temps, la société a réduit de plus de moitié son dividende intérimaire, qui est passé de 5,61 dollars par action un an plus tôt à 2,67 dollars par action, selon l’agence de presse Reuters.

La société minière a néanmoins déclaré qu’elle verserait un dividende intérimaire de 4,3 milliards de dollars – le deuxième plus important de son histoire – alors qu’elle a clôturé le semestre avec une position de trésorerie nette de 300 millions de dollars.

L’influence de la Chine

Le rebond des prix des produits de base depuis la fin de la crise pandémique a dopé les bénéfices et les rendements des actionnaires des grandes sociétés minières l’année dernière.

Cependant, la demande de la Chine, le plus grand producteur d’acier au monde et un acheteur avide du minerai de fer de Rio, a de nouveau chuté brusquement en mai. Cette situation est due aux fermetures sévères qui caractérisent la fameuse politique « zéro covid » du pays. Bien que la demande se soit quelque peu redressée en juin, la société a déclaré que « des incertitudes subsistent compte tenu de la possibilité d’épidémies continues ».

En outre, le Parti communiste chinois (PCC) a annoncé son intention de centraliser l’achat de minerai de fer pour la production d’acier, une mesure qui pourrait modifier la dynamique et la rentabilité de l’industrie, note le FT.

Autres facteurs

La société, qui est cotée à la fois à la Bourse de Londres et à la Bourse australienne, s’est également retirée du secteur du charbon. Elle n’a donc pas profité des prix records du combustible fossile de ces derniers mois.

Un autre facteur qui a réduit les bénéfices est le changement de politique des banques centrales. En effet, maintenant que la Banque centrale européenne (BCE) a enfin relevé ses taux d’intérêt, toutes les banques centrales des économies avancées poursuivent des taux d’intérêt plus élevés et des politiques de resserrement monétaire. Cela rend le crédit plus coûteux pour les entreprises et les consommateurs et ralentit ainsi une croissance économique déjà peu dynamique.

Rio et ses rivaux continuent également à faire face à des pénuries de main-d’œuvre et à la hausse des coûts des carburants, des explosifs utilisés dans les mines et des produits chimiques. En conséquence, les marges bénéficiaires diminuent dans l’ensemble du secteur.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20