Plus de la moitié des pilotes de ligne sont cloués au sol

Selon une récente enquête, plus de la moitié des pilotes de ligne à travers le monde ne volent plus pour gagner leur vie, la pandémie de coronavirus ayant totalement perturbé le secteur aérien durant la majeure partie de 2020.

Le sondage, réalisé par GOOSE Recruitment et FlightGlobal, révèle que seulement 43% des 2.598 pilotes interrogés exerçaient le métier pour lequel ils avaient été formés, 30% étaient au chômage, 17% en congé, 6% exerçaient une autre fonction dans l’aviation et 4% travaillaient dans un autre secteur. L’enquête s’est étalée sur quatre semaines avant de se clôturer le 30 octobre dernier.

Par ailleurs, de nombreux pilotes qui ont continué à voler ont vu leurs conditions de travail se détériorer, que ce soit à cause des réductions salariales permanentes ou temporaires ou encore en raison du stress généré par les mesures de lutte contre le coronavirus.

‘Nous pouvons voir les effets de la pandémie sur les pilotes employés également’, a déclaré Mark Charman, directeur général et fondateur de GOOSE Recruitment, dans un communiqué relayé par Reuters. ‘Un grand nombre d’entre eux ne se sentent pas sûrs de leur emploi, un nombre croissant prévoit de chercher de nouveaux rôles cette année, et beaucoup se sentent moins valorisés par leurs employeurs.’

Avant la crise du coronavirus, la tendance était à la pénurie de pilotes qualifiés vu la croissance du secteur du transport passagers, avec à la clé des améliorations de salaires et des conditions de travail.

Aujourd’hui, 82% des pilotes au chômage seraient prêts à accepter une réduction de salaire pour pouvoir remettre les pieds dans un cockpit.

Lire aussi: