Comment Kevin De Bruyne devrait devenir notre Messi et pourquoi le choix du nouveau sélectionneur national est sans importance

Lionel Messi est en mission. Pour la première fois, nous voyons émerger une âme de leader chez le génie du football argentin. Toute l’équipe, selon les initiés, est construite autour de lui – on les appelle « les amis de Messi ». C’est la recette pour une victoire finale presque certaine de « son » Argentine à la Coupe du monde au Qatar.

« Il fait de nous des bêtes »

Un titre marquant sur le site de Sporza cette semaine :  » « Il nous transforme en bêtes » : les lieutenants de Messi passeraient sur des cadavres pour leur capitaine « .

L’article fait référence aux témoignages de ses coéquipiers où ils indiquent qu’ils n’ont jamais vu un capitaine aussi motivé que pour cette Coupe du monde. S’il n’a en fait que des performances moyennes au PSG, il excelle ici, en équipe nationale.

Les gens meurent pour une cause

On a suffisamment parlé du manque de motivation des Diables Rouges. Nous avons déjà – bien que Roberto Martinez aurait fait un bon directeur technique – régulièrement souligné que l’ex-entraîneur n’a pas été capable d’allumer le feu sacré, comme Messi le fait maintenant avec son équipe. « Les gens travaillent pour l’argent, mais meurent pour une cause.

Le patron, c’est le capitaine, pas l’entraîneur

Mais cela ne s’arrête pas là. Il faut noter que le feu sacré est entretenu par le capitaine SUR LE TERRAIN. Pensez à Carles Puyol qui a dirigé le FC Barcelone dans ses jours de gloire et l’a conduit à des succès sans précédent. Combiné avec la meilleure équipe de tous les temps avec Xavi, Messi et le reste de l’orchestre. Un Johan Cruijff, stratégiquement inégalé, qui a dirigé l’équipe nationale néerlandaise et l’Ajax, ou un leader tranquille mais inébranlable comme Andrea Pirlo, qui a su tirer le meilleur parti de son équipe avec une bande de joueurs italiens peu talentueux mais ô combien motivés. Franz Beckenbauer était un autre patron qui dirigeait l’équipe allemande selon son scénario. Avec Wilfried Van Moer, l’équipe belge a remporté ses plus grands succès, alors qu’il était entouré de pas mal de médiocrité, mais d’un groupe passionné. Il était un véritable stratège et un leader, habilement soutenu par le rusé Guy Thijs.

Lionel Messi célébrant devant les fans argentins lors d’un match de la Coupe du monde au Qatar. (Dan Mullan/Getty)

Van Aert et Evenepoel sont de vrais leaders

Dans tous les autres sports, les meilleurs athlètes sont leurs propres patrons et définissent la stratégie, comme nous l’avons également expliqué dans notre livre « Topsporters zijn CEO’s« .

Le cyclisme en est un excellent exemple. Eddy Merckx payait ses coéquipiers LUI-MËME et ils étaient donc appelés « les hommes de Merckx » et non les hommes de Lomme Driessens, son directeur d’équipe de l’époque. Merckx était le patron, pas Driessens.

C’est Evenepoel qui déterminera comment le Tour sera gagné en 2024, pas Lefevere. C’est aussi pourquoi van der Poel n’est pas bon. Parce qu’il n’est pas ce CEO, ce leader qui est clair dans sa stratégie et qui encadre son équipe. C’est plutôt un solitaire, qui aime décider de sa course à son rythme. Sans grande stratégie et avec peu de clarté sur la façon de déployer son équipe. A l’inversen, van Aert est un exemple fantastique du prototype d’un vrai leader. C’est lui qui a mené Vingegaard à la victoire sur le Tour de France car c’est lui qui a mené la course. Et cela nous ramène à notre équipe nationale de football.

De Bruyne comme leader des Diables

N’y aurait-il pas un côté créatif à avoir Kevin De Bruyne aux commandes ? Ses coéquipiers de Manchester City le portent sur leurs épaules et l’ont élu vice-capitaine – le seul poste qui peut être décidé par les joueurs eux-mêmes. Ils voulaient vraiment qu’il soit capitaine. Jusqu’à ce que Pep Guardiola veuille montrer qu’il était le patron en nommant Ilkay Gundogan à la place. Quoi qu’il en soit, c’est un meneur de jeu qui est crucial dans notre équipe.

Imaginez que nous parlions des « hommes de Kevin », des hommes qui suivent tous inconditionnellement le meilleur footballeur que nous ayons jamais eu en Belgique. A la manière des « hommes » de Messi, dont on parle aujourd’hui. Nous n’avons pas besoin d’une prima donna. Nous avons besoin d’hommes autour de De Bruyne. Qui sont prêts à se battre.

Un entraîneur national comme assistant, pas comme chef d’orchestre

L’entraîneur national ne devrait donc pas être un serial winner, comme l’exige l’offre d’emploi publiée par la fédération cette semaine, mais simplement un bon entraîneur empathique qui veille à ce que De Bruyne se sente bien et qu’il puisse s’amuser. Pas un coûteux tacticien mais un psychologue intelligent qui aide De Bruyne à se développer et l’aide à gérer ses compagnons sans le décrédibiliser. « He’s the boss.« 

Voilà une approche originale. Je suis convaincu que De Bruyne se donnera à fond sur le terrain et qu’il exigera cela de tous les joueurs. Il a tellement d’honneur. Comme Messi l’exige aujourd’hui de chacun de ses coéquipiers.

De Bruyne comme CEO de l’équipe nationale belge : il pourra alors nous conduire au prochain championnat d’Europe ou à la prochaine Coupe du monde, où nous pourrons enfin l’emporter.

(OD)


Xavier Verellen est un auteur et un entrepreneur. Son livre « Topsporters zijn CEO’s », qui montre que le leadership fait la différence entre les champions et les super champions, est en vente dans les boutiques Standaard Boekhandel et en ligne sur https://topsporterszijnceos.businessam.be/.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20