Netflix n’aime pas les résidences secondaires : des frais supplémentaires pour les propriétaires

Netflix n’est pas en meilleure forme, et le géant de la vidéo à la demande, confronté à une concurrence croissante tous azimuts, multiplie les tentatives d’inverser la vapeur. Sa grande cible : les abonnements partagés.

L’entreprise va d’abord introduire de la publicité dans son offre, une démarche à laquelle elle s’était toujours refusée, suscitant l’incompréhension des analystes, d’autant que Netflix déclare vouloir bâtir un partenariat avec Microsoft. Mais elle envisage aussi et surtout de lutter contre le partage de compte, au sens strict et pas seulement.

Un premier supplément en juin dernier

En juin dernier, Netflix avait tenté de serrer la vis en mettant en place une première expérience pilote dans trois pays d’Amérique latine, Chili, Costa Rica et Pérou. Les utilisateurs ont été autorisés à partager leur compte avec deux personnes ne faisant pas partie de leur foyer, à condition de payer un supplément de 2 dollars pour chacun d’entre eux. Mais ce supplément était loin d’être systématiquement demandé, créant frustration et incompréhension chez les utilisateurs. De toute évidence, ce système fut un échec.

Second round donc : Netflix s’attaque maintenant aux résidences secondaires. Ce nouveau test incitera les utilisateurs à payer des frais supplémentaires s’ils utilisent un compte sur un téléviseur ou un appareil connecté à un téléviseur dans un lieu autre que leur foyer principal pendant plus de deux semaines consécutives. Une manière de toujours permettre de partir en vacances avec son abonnement Netflix, mais qui contrecarrera l’usage durable d’un seul compte dans plusieurs foyers distincts. Cette nouvelle règle sera d’abord mise en application en Argentine, au Salvador, au Guatemala, au Honduras et en République dominicaine, rapporte The Verge.

D’une à trois résidences secondaires

Netflix attribuera donc à chaque compte un foyer principal, où il pourra être connecté à tous les appareils présents, tout en laissant une possibilité de voyager et de continuer à utiliser le service de streaming sur un ordinateur portable, par exemple. Le test permettra aux utilisateurs d’acheter des « foyers » supplémentaires, pour un prix oscillant entre 1,17 et 2,99 dollars selon les pays.

Cette mesure sera d’application à partir du 22 août 2022 dans les pays concernés ; l’option d’ajouter le foyer supplémentaire apparaitra dans l’application, avec la grille tarifaire. Tout nouveau téléviseur connecté pourra être utilisé pendant deux semaines, si toutefois c’est la première fois que l’utilisateur y introduit son compte. Passé ce délai, il faudra enregistrer un nouveau foyer et donc, payer.

À noter que Netflix limitera le nombre de foyers en fonction de l’abonnement choisi, et ce, malgré que l’option soit payante. Ainsi, une seule adresse supplémentaire pourra être ajoutée pour l’abonnement Basic, jusqu’à 2 pour l’abonnement Standard et jusqu’à 3 pour la formule Premium.

Netflix travaille également sur une fonctionnalité qui permettra au client de suivre où son compte est utilisé et d’en restreindre l’accès.

Une mesure risquée

« C’est formidable que nos membres aiment tellement les films et les émissions de télévision Netflix qu’ils veulent les partager plus largement », a déclaré Chengyi Long, directeur de l’innovation produit de Netflix, dans un communiqué. « Mais le partage généralisé des comptes entre les foyers, tel qu’il est pratiqué aujourd’hui, compromet notre capacité à long terme à investir dans notre service et à l’améliorer. »

À voir toutefois si ce genre de mesure ne déclenchera pas d’exode massif vers la concurrence, bien plus nombreuse que lors des débuts de Netflix. Pour rappel, le géant du streaming a vu disparaitre environ 200.000 abonnés lors du premier trimestre 2022.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20