Microsoft s’engage à devenir ‘négatif en carbone’ d’ici 2030

Microsoft-CEO Satya Nadella. - EPA
Microsoft-CEO Satya Nadella. – EPA

Le géant de la tech, Microsoft, a promis jeudi de devenir ‘négatif en carbone’ dans les 10 ans, c’est-à-dire à éliminer plus de CO2 qu’il n’en produit. Dans cette optique, l’entreprise a annoncé la création d’un fonds pour financer les technologies émergentes de capture du dioxyde de carbone dans l’atmosphère.

‘Si la dernière décennie nous a bien appris quelque chose, c’est que la technologie bâtie sans ces principes peut faire plus de mal que de bien’, a expliqué le CEO de Microsoft, Satya Nadella, lors d’un événement médiatique au siège de Redmond, et dont le propos sont relayés par Reuters. ‘Nous devons commencer à compenser les effets néfastes du changement climatique.’

L’ambition de Microsoft de devenir ‘négatif en carbone’ s’appliquera non seulement à ses opérations directes et à ses approvisionnements en énergie, mais également aux émissions de CO2 résultant de l’utilisation de ses produits, ainsi qu’à d’autres émissions indirectes.

Par ailleurs, l’entreprise fondée en 1975 par Bill Gates a promis ‘d’éliminer de l’environnement tout le carbone que la société a émis soit directement, soit par sa consommation électrique depuis sa création’, comme le relate Axios sur son  site.

En 2020, Microsoft prévoit de rejeter 16 millions de tonnes de carbone dans l’atmosphère, en ce compris les émissions indirectes provenant d’activités comme les voyages d’affaires.

Les efforts de Microsoft comprendront:

  • Un élargissement de sa taxe interne sur le carbone. Celle-ci s’appliquera à l’ensemble de ses chaînes d’approvisionnement et de valeur et ne se limitera donc pas aux émissions de ses opérations directes.
  • La création d’un ‘Climate Innovation Fund’, doté d’un milliard de dollars, afin ‘d’accélérer le développement mondial des technologies de réduction, de capture et d’élimination du carbone’, dixit Microsoft. Parmi les méthodes connues, on retrouve la capture directe dans l’air, la plantation et la restauration de forêts à grande échelle, la bioénergie couplée à la capture et au stockage du CO2, etc.
  • Un soutien à ses fournisseurs et ses clients pour qu’ils réduisent leur empreinte carbone, et faire de la réduction des émissions un aspect ‘explicite’ de leur approvisionnement.

Lire aussi:

Pétrole et gaz

Avec cette promesse, Microsoft semble donc prendre le leadership de la lutte contre les changements climatiques parmi les géants de la tech, alors que le secteur est de plus en plus soumis à la pression des défenseurs de l’environnement.

Mais elle n’empêchera pas l’entreprise de continuer à travailler avec les producteurs de pétrole et de gaz. ‘Il est impératif que nous permettions aux entreprises du secteur de l’énergie d’opérer la transition’ vers les énergies renouvelables et les technologies de capture du carbone, explique Microsoft dans un article de blog cité par l’agence Reuters.