Malgré l’opposition générale, la Chine s’offre une part du plus grand port d’Allemagne : merci Olaf !

Une saga particulièrement clivante a pris fin cette semaine en Allemagne. Malgré l’opposition de six ministres et d’une très large partie de la population, une partie du port de Hambourg va être cédée au groupe chinois Cosco. Pékin peut remercier Olaf Scholz.

Pourquoi est-ce important ?

Depuis le début de l'année, l'Allemagne paie un lourd tribut à sa dépendance énergétique à l'égard de la Russie. Dans le même temps, certaines alertes sont lancées : il faudrait aussi tout faire pour éviter de se rendre trop dépendant de la Chine. Or, un dossier majeur vient d'être clôturé. Et il n'est pas nécessairement rassurant pour l'indépendance de la plus grande économie européenne.

L'essentiel

  • Cette semaine, le gouvernement allemand a autorisé Cosco, le premier armateur chinois, à mettre une main sur le port de Hambourg, le plus important du pays.
  • Cette décision découle d'un "compromis" passé entre les (nombreux) opposants à l'opération et la chancellerie.

Les détails

Cosco ne prend pas une participation directe dans le port de Hambourg, mais bien dans le terminal à conteneurs de Tollerort (CTT).

  • Cette participation s'élèvera à 24,9%.
  • Initialem
Cet article premium est réservé aux abonnés
Devenez un abonné et obtenez un accès immédiat et illimité à tous les articles. Maintenant à partir de 1,99€/mois.

Oui, je veux avoir accès à tous les articles premium
Peut être annulé à tout moment
Déjà abonné ? Connectez-vous .
Meer premium artikelen
Plus
Array
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20