Lufthansa ne veut pas lâcher sa filiale Brussels Airlines

Carsten Spohr, de CEO van Lufthansa – Isopix

Le groupe aérien allemand Lufthansa ne veut pas lâcher la compagnie aérienne belge Brussels Airlines. C’est ce qu’indique une lettre envoyée par Carsten Spohr, le CEO du groupe, à la Première ministre Sophie Wilmès, que la rédaction de la VRT a pu consulter.

Brussels Airlines a besoin de toute urgence de l’aide du gouvernement fédéral. L’entreprise dispose encore de suffisamment de ressources financières pour survivre jusqu’à la fin du mois de mai environ. Dans l’intervalle, la compagnie aérienne s’est adressée au gouvernement fédéral pour demander une aide financière. Le montant qui circule actuellement est de 290 millions d’euros.

Avec une lettre du CEO du groupe Lufthansa (composé de Lufthansa en Allemagne, Swiss en Suisse, Austrian en Autriche, Brussels AIrlines en Belgique et Eurowings, une société à bas prix) à la Première ministre Wilmès, la société veut clarifier un certain nombre de choses : ‘Il est important que nous restions rentables et que nous puissions maintenir notre position concurrentielle en tant que groupe.’

Le fait que les Allemands soulignent si ouvertement qu’ils veulent maintenir le groupe soudé et ne sont donc pas prêts à lâcher Brussels Airlines est important, disent-ils. Ces dernières années, leur attitude autour de Brussels Airlines n’a pas toujours été clair. En outre, les Allemands insistent sur le fait que toute aide gouvernementale à Brussels Airlines ne sera utilisée que pour Brussels Airlines.

Lire aussi: