L’inflation japonaise est jusqu’à 40 fois inférieure à celle de la zone euro: pourquoi ?

Le taux d’inflation du Japon s’est établi à 0,1 % en octobre (sur une base annuelle). Ce n’est rien comparé aux chiffres de l’inflation dans la zone euro et aux États-Unis. Au cours du même mois, l’inflation dans ces deux zones a atteint respectivement 4,1 et 6,2 %. Que se passe-t-il au Japon ?

Pourquoi est-ce important ?

L'inflation dans les principales économies mondiales n'a jamais été aussi élevée. L'engorgement dans les chaînes d'approvisionnement et la réouverture des économies (après les périodes de blocage) ont fait grimper les prix de nombreux produits. Toutefois, les banques centrales sont convaincues que ces hausses de prix sont temporaires. Elles s'attendent donc à ce que l'inflation diminue à moyen terme.

Alors qu’en Europe, nous sommes bombardés d’augmentations de prix, les prix au Japon restent pratiquement inchangés. En octobre, l’inflation japonaise n’était que de 0,1% (sur une base annuelle). Cependant, le Japon est également touché par la hausse des prix des matières premières, comme le prix du pétrole. Mais contrairement aux entreprises américaines et européennes, les entreprises japonaises ne sont pas pressées de répercuter cette hausse des prix sur leurs clients.

La chaîne de supermarchés japonaise Aeon, par exemple, a promis de ne pas augmenter les prix de ses propres marques, notamment la farine et les spaghettis. « Les consommateurs sont devenus plus défensifs en matière de protection de leur vie et ne veulent pas dépenser trop d’argent pour les produits de première nécessité », a déclaré un porte-parole de la chaîne au Wall Street Journal.

Faible inflation au Japon

Le Japon connaît une inflation très faible depuis des décennies. Les consommateurs ne sont donc plus prêts à payer des prix plus élevés. Les entreprises augmentent donc rarement les prix. Elles épargnent et font peu d’investissements, et maintiennent la rigidité du marché du travail, de sorte que les travailleurs ne peuvent pas facilement passer à des entreprises en croissance et imposer des augmentations de salaire.

C’est précisément ce que les banques centrales des États-Unis et de la zone euro, entre autres, veulent éviter. La Réserve fédérale a donc un objectif d’inflation de 2% en moyenne et la Banque centrale européenne (BCE) vise 2% à moyen terme. Un taux d’inflation d’environ 2 % est considéré comme bénéfique pour l’économie. Elle incite notamment les consommateurs à dépenser, car s’ils reportent leurs achats, ils doivent payer plus cher.

Le faible taux d’inflation persistant au Japon est également appelé « japonification » par les économistes. Cela fait référence aux faibles taux d’intérêt, à la faible inflation et à la lenteur de la croissance économique du pays.

Des conséquences néfastes à long terme

« Le style de gestion stable du Japon et son attitude consistant à ne pas changer les prix ont un impact positif à court terme », a déclaré Takahide Kiuchi, ancien membre du conseil d’administration de la Banque du Japon, dans un commentaire au Wall Street Journal. « D’autre part, ils pourraient entraver une reprise économique et des changements bénéfiques dans la structure industrielle à plus long terme. »

« Le risque que le Japon connaisse l’inflation rapide qui préoccupe les économies d’outre-mer est très limité », a déclaré Haruhiko Kuroda, le gouverneur de la Banque du Japon, en octobre. Le taux d’inflation extrêmement faible signifie que l’économie et les salaires japonais augmentent très lentement.

M. Kiuchi a déclaré au site d’information américain que la hausse des prix est un signal qui permet aux entreprises de savoir où la demande est la plus forte et où elles doivent investir. Au fil du temps, cela aide les travailleurs à se déplacer vers les secteurs émergents où ils peuvent être plus productifs et gagner des salaires plus élevés. « Ce mécanisme ne fonctionne pas au Japon, cependant », a-t-on entendu. Au Japon, les salaires n’évoluent pas avec la demande de travail.

Même la Banque nationale du Japon, qui tente depuis des années de faire remonter l’inflation dans le pays, n’a pas augmenté les salaires de base de ses employés au cours de cette année fiscale, pour la première fois en huit ans. Les primes ont même été réduites.

Parallèlement, le Japon est confronté à une pénurie de main-d’œuvre dans certains secteurs. C’est pourquoi le pays, qui a jusqu’à présent toujours eu une politique migratoire très stricte, a récemment décidé d’accueillir davantage d’immigrants.

Plus
My following
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20