L’heure à laquelle nous allons dormir pourrait influencer les risques de problèmes cardiaques

Selon une nouvelle étude britannique, s’endormir trop tôt ou trop tard aurait une incidence sur les risques de développer une maladie cardiovasculaire.

Le lien entre le sommeil et la santé de notre cœur est établi depuis longtemps. De mauvaises habitudes de sommeil peuvent augmenter les risques de problèmes de santé, notamment cardiaque. Comment éviter cela ? En adoptant de meilleures habitudes de sommeil. Plus facile à dire qu’à faire, surtout lorsqu’on est dans l’impossibilité de suivre une bonne routine pour des raisons professionnelles ou que l’on souffre tout simplement d’insomnies chroniques ou passagères. Cependant, adopter une certaine plage horaire pour aller dormir permettrait de réduire les risques de contracter une maladie cardiovasculaire. C’est en tout cas ce que suggèrent les résultats d’une récente étude britannique.

Se coucher entre 22h et 23h

Les chercheurs se sont penchés pendant plusieurs années sur 88.000 participants pour établir l’heure optimale à laquelle aller se coucher pour réduire les risques de problèmes cardiaques. Ces participants portaient un appareil au poignet pour collecter des données sur leurs habitudes de sommeil. Sur base des données collectées et en prenant en compte différents facteurs (âge, sexe, durée du sommeil, habitude de sommeil, tabagisme, poids, etc.), les chercheurs ont établi qu’aller se coucher avant 22h et après 23h pouvait augmenter le risque de développer une maladie cardiovasculaire (MCV). Autrement dit, s’endormir entre 22h et 23h permettrait de réduire les risques de MCV.   

Selon les résultats de recherche, ceux qui vont se coucher avant cette heure ont un risque 24% plus élevé de développer une maladie cardiovasculaire. Quant à ceux qui s’endorment vers minuit ou plus tard ont un risque 25% plus élevé. Les chercheurs estiment également que le lien entre l’heure du coucher et le risque de développer une maladie cardiaque serait plus présent chez les femmes.

Une recommandation avant tout

Les chercheurs ont tout de même souligné que les résultats de leur étude ne sont pas à prendre au pied de la lettre. Ils ne se sont en effet basés que sur la durée et le moment du coucher pour déterminer l’heure de sommeil optimale pour réduire les risques de maladies cardiovasculaires. Ils n’ont d’ailleurs pas pu prouver que l’heure du coucher précoce ou tardive contribuait au développement de maladies du cœur.

« Bien que nous ne puissions pas conclure de causalité à partir de notre étude, les résultats suggèrent qu’un coucher précoce ou tardif peut être plus susceptible de perturber l’horloge biologique, avec des conséquences néfastes pour la santé cardiovasculaire », indique David Plans, psychologue à l’Université d’Exeter, responsable de la recherche chez Huma Therapeutics et co-auteur de l’étude.

D’autres facteurs doivent être pris en compte pour établir une réelle incidence, notamment la qualité du sommeil, mais aussi l’état de santé des personnes, ainsi que leurs comportements et habitudes de sommeil. Ils estiment cependant qu’il existe bel et bien un lien entre l’heure du coucher et les risques de développer une maladie cardiaque.

« Le désalignement des comportements et de l’horloge circadienne (horloge interne de 24 heures) augmente l’inflammation et peut altérer la régulation du glucose, ce qui peut tous deux augmenter le risque de maladie cardiovasculaire », a en effet indiqué Samuel Plans au média The Guardian. « Les gens supposent souvent que les maladies cardiovasculaires sont une conséquence d’influences physiologiques, alors qu’en réalité, l’influence comportementale sur le système cardiovasculaire à la suite d’une perturbation circadienne est énorme. »

Les chercheurs souhaiteraient d’ailleurs approfondir leur étude pour confirmer leurs résultats initiaux, afin de sensibiliser la population à ce sujet.  

Plus
My following
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20