Les échanges boursiers américains suspendus pour la quatrième fois, le Bel 20 termine dans le vert

Isopix

Les marchés boursiers de New York accumulent les pertes mercredi.

Un nouveau jour, un nouveau ‘court-circuit’. Les échanges boursiers aux États-Unis ont dû être interrompus pendant 15 minutes supplémentaires ce mercredi devant la chute de 7 % de l’indice large S&P500 vers 13 heures, heure locale, soit 18 heures chez nous. La bourse des technologies Nasdaq a perdu 6,3 % à peu près au même moment, tandis que le Dow Jones a chuté de près de 8 %.

Après la reprise, les indices ont pourtant repris leur chute, le S&P 500 plongeant de 7,55 %, le Dow Jones de 8,38 % et le Nasdaq de 6,75%.

Le prix du pétrole a chuté de 19 % pour atteindre un niveau record de moins de 22 dollars le baril. Il faut remonter à 2003 pour trouver le précédent record: moins de 25 dollars le baril.

Incertitude

Depuis plusieurs jours, les prix à Wall Street montent et descendent nerveusement. Cette nervosité est liée à la grande incertitude qui entoure la crise du coronavirus.

Les mesures prises par les autorités pour contrer la crise sanitaire ne convainquent pas tous les investisseurs. Celles des autorités publiques et des banques centrales pour atténuer les conséquences économiques ne font pour l’instant pas l’objet d’un accord général.

‘En plus de la débandade sur les marchés boursiers, générée par la peur des conséquences économiques des mesures de confinement face au coronavirus instaurées par les plus grandes puissances économiques, les marchés obligataires un peu partout dans le monde semblent avoir perdu confiance dans la capacité des gouvernements à financer les mesures de soutien budgétaire qu’ils proposent’, indique Carl Weinberg de HFE (High Frequency Economics).

Le Bel 20 au dessus de la mêlée

Le Bel20 a lui clôturé la journée avec un bénéfice d’un peu moins de 2 %, contrastant fortement avec les autres bourses européennes, qui sont toutes passées dans le rouge. L’indice français CAC40 a terminé à 6 % en rouge, tandis que l’AEX néerlandais a encaissé une perte de 4,7 %.

Dix actions de l’indice vedette Bel20 ont ainsi terminé la journée dans le vert, dix autres dans le rouge. La star était encore une fois la chaîne de grands magasins Colruyt. Elle a ajouté 20,8 % et s’est terminée à 58,7 euros par action. L’action n’a fait qu’augmenter ces derniers jours, résistant bien mieux à la crise du coronavirus que d’autres entreprises. Après tout, les gens continuent à avoir besoin de nourriture et d’articles ménagers.

Le fournisseur de télécommunications Telenet, le transformateur de matériaux Umicore et le géant de la chimie Solvay ont également présenté des bénéfices de 14 %, 15 % et 16 % respectivement. Telenet devrait avoir le même effet que Proximus mardi. Les gens en confinement doivent effectivement communiquer davantage à distance et travailler depuis leur domicile. Au plus grand bonheur des opérateurs. Enfin, à condition qu’Internet suive.

Lire aussi: