Les ‘memes’, le nouvel or du marketing pour les entreprises

Pour conquérir la convoitée génération Z, les entreprises ont maintenant découvert une nouvelle forme de publicité. Le nouvel or du marketing s’appelle un ‘meme’.

La génération Z, qui est la catégorie d’âge entre 7 et 22 ans, est considérée comme un public cible difficile. Pourtant, ils sont très importants pour les marques, car ils constituent le plus grand groupe de consommateurs au monde. Aux États-Unis seulement, leur pouvoir d’achat est de l’ordre de 143 milliards de dollars.

La plateforme préférée de la jeune Génération Z est Instagram. Les entreprises ont essayé de toucher les jeunes via ce canal, avec succès. Les influenceurs se sont révélés être la poule aux œufs d’or, bien que cette tactique perde son panache. Maintenant qu’Instagram est inondé de marketing d’influence, les jeunes l’abandonnent pour cause de ‘non authenticité’.

Les adolescents adorent ça

Mais qu’est-ce qu’un meme? Il s’agit d’une image avec du texte ou d’une courte vidéo prenant pour point de départ un symbole culturel ou une idée sociale. Ils sont drôles ou sarcastiques, moins raffinés que les messages d’influence et tout le monde peut en faire. Mais surtout: les adolescents adorent ça. Il n’est donc pas étonnant que les marques voient du pain à gagner dans les memes.

‘Si les marques réussissent à utiliser les memes de manière authentique, ils peuvent s’avérer un outil puissant. De cette façon, ils peuvent montrer aux jeunes ce qu’ils défendent’, explique le directeur d’une agence de publicité à Bloomberg.

https://www.instagram.com/p/Bqp0zqygmNI/?utm_source=ig_embed

Générer un engagement

L’authenticité est cruciale pour les memes. Si les marques parviennent à parler le même langage que leur public cible, elles peuvent créer une implication ou un engagement énorme. Là où le marketing d’influence sur Facebook et Instagram atteint une implication de 1 à 15 %, celui des memes grimpe facilement jusqu’à 30 %.

Il existe déjà des exemples réussis de campagne de meme. L’application de taxi Uber, par exemple, a déjà travaillé avec un Américain qui gère deux comptes Instagram. Elle place ensuite des commentaires amusants sur la vie urbaine. Traduit en Uber, il y aura des messages avec des conversations humoristiques dans un taxi Uber.

Oser prendre de la distance

Mais même si les memes sont moins chers que d’autres formes de publicité, ils ne sont pas sans risque. Dans le passé, Instagram avait déjà interdit quelques comptes de membres. Il y a aussi eu des histoires de procès de créateurs de contenu qui ne voulaient pas que leurs blagues apparaissent dans les memes d’une l’entreprise.

De plus, le succès avec les memes n’est pas garanti. Cela peut être difficile et les entreprises doivent oser se démarquer des fabricants. Ou comme le remarque un responsable marketing: ‘Cela peut être décevant si la grande entreprise essaie d’être drôle’.

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20