Les humains rejettent plus de CO2 dans l’atmosphère que tous les volcans du monde

Selon une nouvelle étude, les humains rejettent chaque année 100 fois plus de CO2 dans l’atmosphère que tous les volcans du monde.

L’équipe du programme Deep Carbon Observatory (DCO) aux États-Unis a étudié les réserves de carbone de la planète. Selon les chercheurs, la Terre compte environ 1,85 milliard de gigatonnes de carbone, présent sur notre planète sous différentes formes de solides, de gaz et de liquides. 

Cycle complet du carbone

‘Le carbone, base de toute vie et source d’énergie vitale pour l’humanité, traverse la planète de son manteau à l’atmosphère. Pour assurer un avenir durable, il est de la plus haute importance de comprendre le cycle complet du carbone de la Terre’, a déclaré Marie Edmonds, scientifique au DCO de l’Université de Cambridge au Royaume-Uni.

Les éruptions volcaniques sont l’une des voies par lesquelles le carbone pénètre dans l’atmosphère terrestre. Le magma contient des gaz dissous, y compris du CO2. Lors de l’éruption d’un volcan, ces gaz sont rejetés dans l’atmosphère.

Combustibles fossiles

Dans leur rapport, les scientifiques ont constaté que le CO2 atmosphérique annuel provenant de sources anthropiques, telles que les combustibles fossiles, était entre 40 et 100 fois plus élevé que le CO2 produit par l’ensemble des volcans du monde.

La quantité annuelle de CO2 émise par les volcans et lors d’autres processus géologiques se situe entre 300 et 400 millions de tonnes métriques. Il s’agit notamment régions dans lesquelles de grandes quantités de CO2 sont émises, telles que Yellowstone, la vallée du Grand Rift en Afrique de l’Est et la province volcanique de Technong en Chine.

Catastrophes liées au rejet de CO2

Par le passé, des éruptions volcaniques à grande échelle ont été associées à des extinctions massives. Les chercheurs ont découvert qu’au cours des 500 derniers millions d’années, il y a eu cinq cas de ‘catastrophes du carbone’. Lors de ces événements, de grandes quantités de CO2 sont libérées dans l’atmosphère en très peu de temps.

Selon le National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), les concentrations atmosphériques de CO2 ont actuellement atteint leur niveau record, soit 414,7 parties par million (ppm). La dernière fois que l’on a recensé des concentrations plus importantes, c’était il y a plus de trois millions d’années, lorsque le niveau de la mer était de 15 à 24 mètres plus élevé qu’aujourd’hui.