Les gratte-ciel de Manhattan n’ont jamais été aussi vides

Une quantité record de bureaux disponibles à Manhattan. – Richard B. Levine/Sipa USA

Manhattan doit sa réputation à son paysage surplombé de gratte-ciel où les bureaux, rarement disponibles, se vendent à prix d’or. Aujourd’hui, le virus a changé la donne. En janvier, le marché des bureaux dans le Financial District de New York a connu un taux de vacance de 14,9%.

Ces chiffres ont été dévoilés par le bureau de consultance immobilière, Colliers International. C’est le taux de vacance le plus élevé jamais observé par la société depuis ses débuts. 

Selon Colliers International, ce taux de vacance est directement lié à la pandémie, qui a donné lieu à un déploiement massif du télétravail. Beaucoup s’attendent à ce que, même après la fin de la crise sanitaire, la reprise sur le marché de l’immobilier ne connaisse pas le même élan.

Une baisse des prix

Selon Colliers International, les locations de bureaux en janvier ont chuté de 47% par rapport à la même période en 2020. ‘Même une forte baisse des prix ne pourrait pas limiter ce déclin’, indique le rapport.

En janvier, le  prix du mètre carré dans le secteur était de 73,65 dollars au pied carré (0,093 mètre carré). C’est le septième mois consécutif où les loyers sont en baisse. ‘Les prix des loyers sont maintenant à leur niveau le plus bas depuis près de trois ans’, peut-on lire dans le rapport. 

Le marché des bureaux de Manhattan est confronté à un taux de vacance croissant depuis mars 2020. Le travail dans les bureaux étant un vecteur de propagation de l’épidémie, le télétravail a été vivement encouragé. 

Cette mesure concerne principalement les employés de bureau, généralement capables de travailler à distance. Les bureaux dans les grands centres, tels que Manhattan, se sont vidés à mesure que le virus gagnait du terrain, ce qui a fait grimper le taux de vacance de la métropole. La pandémie se montrant persistante, il n’y a pas eu de retour à la normale. 

‘Il y a deux ans, le secteur a connu l’un des pics les plus hauts jamais enregistrés à Manhattan depuis le début de ce siècle’, a déclaré Franklin Wallach, directeur de recherche chez Colliers International. Cette situation a été complètement inversée en un peu plus d’un an. Nous parlons maintenant de l’activité de location la plus faible depuis le début du siècle’, souligne-t-il.

Vers une reprise?

Dans son rapport, Colliers International dit entrevoir certains signes de reprise. En janvier, 1,9 million de pieds au carré (176.515,8 mètres carrés) étaient occupés à Manhattan, le plus haut taux d’occupation depuis juillet 2020.

Un certain nombre de grands projets de leasing devrait aussi booster le secteur. Entre autres, Beam Suntory (le leader mondial de vins et de spiritueux), qui s’est installé le long de la Madison Avenue, et dont les espaces occupent près de 100 000 pieds carrés- 9.290,3 mètres carrés.