Les Emirats arabes unis prévoient un énorme centre d’hydrogène vert, alimenté par leur soleil abondant

Le groupe énergétique français Engie et la société d’énergie verte Masdar, basée à Abu Dhabi, ont formé une « alliance stratégique » visant à développer des projets d’hydrogène vert. Dans une annonce récente, les entreprises ont déclaré qu’elles « exploraient le développement conjoint d’un centre d’hydrogène vert basé aux Émirats arabes unis ».

Pourquoi est-ce important ?

L'hydrogène a un large éventail d'applications et peut être utilisé dans différentes industries. Le vecteur énergétique peut être produit de plusieurs manières. Une méthode consiste à utiliser l'électrolyse, où un courant électrique divise l'eau en oxygène et en hydrogène. Si l'électricité utilisée dans ce processus provient d'une source renouvelable comme l'éolien ou le solaire, certains parlent d'hydrogène vert ou renouvelable. La ressource pourrait être cruciale dans la transition énergétique.

Bien que les entreprises aient été avares de détails, elles ont annoncé qu’elles développeraient des projets d’une capacité d’électrolyse de 2 gigawatts (GW).

L’investissement dans cette initiative sera d’environ 5 milliards de dollars. Dans un communiqué, Catherine MacGregor, PDG d’Engie, a décrit l’hydrogène renouvelable comme « un outil essentiel pour la transition énergétique », rapporte le site économique CNBC.

Engie et Masdar ont déclaré qu’ils utiliseraient l’infrastructure existante pour « se concentrer initialement sur la livraison locale, avec l’objectif d’étendre la capacité pour créer un centre d’hydrogène vert à l’échelle du giga pour le CCG, avec la capacité d’exporter vers d’autres marchés ».

Le CCG désigne le Conseil de coopération du Golfe, qui se compose de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis (EAU), de Bahreïn, du Koweït, du Qatar et d’Oman.

L’hydrogène à l’énergie solaire

Les Émirats arabes unis, membres du cartel pétrolier de l’OPEP, sont un important producteur de pétrole brut et de gaz. Le pays bénéficie également d’un fort taux d’ensoleillement – l’ingrédient crucial pour les installations d’énergie solaire.

En mai, un projet décrit comme la « première installation d’hydrogène solaire vert à l’échelle industrielle au Moyen-Orient et en Afrique du Nord » a été inauguré dans la capitale, Dubaï.

Dans une déclaration faite à l’époque, Siemens Energy a indiqué que l’énergie utilisée pour le projet pilote proviendrait du parc solaire Mohammed ben Rachid Al Maktoum. Cette énorme installation d’énergie solaire devrait avoir une capacité de production de 5 000 mégawatts (MW) d’ici 2030.

L’accord entre Engie et Masdar, annoncé vendredi, fait suite à la nouvelle selon laquelle la société énergétique espagnole Iberdrola et la société suédoise H2 Green Steel s’associent pour développer une grande installation de production d’hydrogène vert.

Beaucoup de potentiel, mais …

Si le potentiel de l’hydrogène suscite l’enthousiasme, certains chefs d’entreprise se montrent prudents lorsqu’il s’agit d’en évaluer les perspectives, du moins à court terme.

En outre, une étude récente a révélé que, même avec la technologie de captage du carbone, la production d’hydrogène à partir de combustibles fossiles entraîne toujours des émissions de gaz à effet de serre « importantes » (où le méthane est chauffé pour être séparé en hydrogène et en carbone). Cela signifie donc que seul l’hydrogène 100 % vert serait envisagé pour la transition énergétique.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20