Les cryptomonnaies: l’ennemi caché de l’objectif climatique de la Chine

Près de 80% des cryptomonnaies sont minées en Chine. Mais ce processus très gourmand en électricité pourrait mettre en échec le programme de décarbonisation du pays. C’est ce qu’affirme une étude de la revue Nature.

Les cryptomonnaies fonctionnent via un système entièrement numérique. Pour que leurs transactions soient sécurisées, les mineurs doivent réaliser une série d’opérations sur leur ordinateur. Mais derrière la popularité croissante de cet argent se cache un aspect beaucoup moins réjouissant : la consommation exponentielle d’électricité. Rien que le minage du Bitcoin demande une consommation d’énergie supérieure à celle de la Belgique.

Selon l’étude de la revue Nature, en avril 2020, 78,89% des opérations mondiales de blockchain pour les Bitcoins étaient réalisées en Chine. L’omniprésence du pays communiste dans les cryptomonnaies est d’ailleurs assez mal vue à l’étranger et surtout aux États-Unis. Le co-fondateur de PayPal a assuré, dans un article du Telegraph, qu’il fallait considérer les Bitcoins comme une ‘arme financière chinoise’ capable d’affaiblir le dollar. Peter Thiel considère qu’il faut surveiller cela de très près.

Mix énergétique

Toutefois, les Bitcoins et autres cryptomonnaies sont aussi un problème pour la Chine elle-même. Et cela à cause de son mix énergétique. La Chine investit depuis plusieurs années dans les énergies renouvelables qu’elles soient solaire, éolienne ou hydraulique. Aussi, elle investit désormais beaucoup plus que l’Europe sur la question du nucléaire. Et pourtant, en 2018, la consommation d’électricité était fournie à 54% par du charbon. Les énergies renouvelables ne représentaient que 39%.

Le minage de cryptomonnaies provoque une hausse de la demande d’énergie. D’ici 2024, sans contrôle, les mines de Bitcoins devraient provoquer les émissions de 130,5 millions de tonnes de carbone, selon l’étude de Nature. Cela représente environ les émissions de l’Arabie saoudite, un pays riche en pétrole.

Les chercheurs de cette étude considèrent donc que les cryptomonnaies vont être un énorme frein pour les objectifs climatiques de la Chine. Pour rappel, le pays voudrait atteindre la neutralité carbone d’ici 2060.

Solution

La revue propose une solution à la Chine pour allier Bitcoin et climat : plus d’énergie renouvelable. Aujourd’hui, les mines de cryptomonnaie se trouvent proches des centrales au charbon, car c’est là où l’électricité est la moins chère. Mais en investissant plus dans le renouvelable, cela fera baisser les prix dans les régions alimentées par le solaire, l’éolien ou l’hydraulique et les mines se déplaceront.

La Chine a préféré passer par l’interdiction. Le pays a annoncé qu’elle interdirait en avril le minage des cryptomonnaies en Mongolie intérieur. L’électricité de cette région est surtout produite par le charbon. La création de nouvelles activités pourrait être également limitée. L’objectif annoncé est la réduction des émissions de carbone. Mais certaines personnes y voient une manière de favoriser le yuan numérique, la cryptomonnaie du pays, au détriment du Bitcoin et des autres monnaies non régulées par une banque centrale.

Pour en savoir plus:

Plus
My following

Analyse boursière: les ambitions de Greenyard offrent des possibilités de révisions à la hausse

07/12/2021 09:04

(ABM FN) Les nouveaux objectifs de Greenyard permettent d'ajuster à la hausse les évaluations pour l'entreprise de fruits et légumes. C'est ce qu'a rapporté mardi l'analyste Fernand de Boer de Degroof Petercam.

Greenyard a l'ambition d'augmenter son chiffre d'affaires d'environ 650 millions d'euros pour atteindre 5 milliards d'euros au cours de l'exercice 2024/2025. Cela implique un taux de croissance annuel composé de 5 pour cent.

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20