L’Egypte construit une nouvelle capitale à 45 km du Caire

L’Egypte est en train deconstruire une nouvelle capitale entière à quarante-cinq kilomètresdu Caire. La nouvelle capitale administrative (CNA), censée être laplus grande ville planifiée au monde, devrait être en mesure defournir des logements à 6,5 millions d’habitants, répartis sur plusde 700 kilomètres carrés entre le Nil et le canal de Suez, à l’est dela capitale actuelle Le Caire. .  

Cependant, l’édificationde cette nouvelle métropole est également synonyme de dégradationsignificative pour le Caire qui a revendiqué le statut de capitalpendant mille ans.

Sissi

« Il était nécessairede trouver une solution à la surpopulation du Caire, où déjà 19millions de personnes vivent« , explique le journaliste OliverBennett dans le journal britannique The Independent. L’initiative aété annoncée en 2015 et les premiers bâtiments de la mégalopolefuturiste sont déjà visibles dans le désert égyptien.

Le plan directeur originalde la ville à été dessiné par les architectes américainsSkidmore, Owings et Merrill. La nouvelle capitale comprendra unnouveau Parlement, un nouvel aéroport, un nouveau palaisprésidentiel (huit fois plus grand que la Maison Blanche), un centred’affaires et les plus grands minaret et clocherd’église d’Egypte. Il y aura aussi un parc à thème qui devraitêtre plus grand que Disneyland.

Parmi les investisseurs,on retrouve l’armée égyptienne ainsi qu’un nombre de groupes issusde Chine et des Emirats. Cependant, le projet est l’enfant légitimedu président égyptien Abdel Fattah al-Sissi.

La nouvelle capitaleadministrative montre également que l’Egypte laisse derrière elleles années Hosni Moubarak (le quatrième président égyptien enfonction de 1981 à 2011). « Cela montre également que Sissiest un homme fort : il propose un lieu où les affaires peuventêtre réalisées contrastant avec l’Egypte du passé », aexpliqué Daniel Brook, auteur de l’histoire des villes futures.

Chandigarh

L’Egypte n’est pas laseule nation à planifier une ville complètement nouvelle. Selon lesobservateurs, de nouvelles villes seront nécessaires pour continuerà accueillir la population mondiale croissante, qui devraitatteindre environ dix milliards de personnes dans 40 ans.

On assiste ainsi àl’essor de nouvelles villes telles que Colombo Port Ville au SriLanka, Masdar à Abu Dhabi, Tbilissi Sea New City en Géorgie, Dumq àOman et Forest City en Malaisie ainsi qu’au développement de pôlesd’éducation tels que Neom en Arabie saoudite et de villesdurables. La Chine a également annoncé la planification de plusieurs nouvelles villes.

Curieusement, cesnouvelles villes renvoient à une ère de villes planifiées dont laplus célèbre est celle de Chandigarh en Inde, inscrite à l’UNESCOdepuis 2016 et planifiée par l’architecte franco-suisse Le Corbusieraprès la partition de 1947.

« Cependant,Chandigarh a rapidement fait l’objet de critiques pour son modernismestérile et ses larges routes et ronds-points, dans lesquels la viede rue indienne typique n’avait plus aucune chance et où lesvoitures avaient la priorité sur les cyclistes », expliqueBennett.

Chandigarh a égalementété critiquée car le débarquement de capitaux, l’ambitionpolitique et les architectes vedettes étrangers ont trahi leterroir. Chandigarh est devenue une attraction touristique majeure.

On observe d’autresexemples de villes planifiées tels qu’Islamabad au Pakistan ouencore Astana au Kazakhstan. 

Davis Sims, auteur dulivre « Egypt’s Desert Dreams: Development or Disaster? »,est pessimiste. « La nouvelle capitale est susceptible de sedévelopper lentement dans une zone gouvernementale stérile entouréede tronçons de projets privés bloqués au succès isolé étrange. »