« Le soutien de la Chine aux actions russes pourrait être crucial pour la suite de la crise »

L’issue de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et des sanctions occidentales est désormais en partie entre les mains de Pékin.

Le président américain Joe Biden a annoncé jeudi qu’il rencontrerait bientôt les pays du G7 pour discuter de nouvelles sanctions contre la Russie. Les experts financiers et géopolitiques s’attendent à ce que la Chine apporte un soutien économique à la Russie en cas de nouvelle salve de sanctions occidentales.

« Le degré de soutien de la Chine aux actions russes pourrait être un facteur influent dans l’évolution de la crise », a déclaré au Financial Times Tom Rafferty, analyste à Pékin pour le magazine économique The Economist.

« Les sanctions américaines ont-elles déjà résolu un problème ? »

Quelques heures seulement après que Poutine a reconnu l’indépendance des républiques populaires de Donetsk et de Louhansk, le gouvernement chinois a encore adopté une position plutôt neutre. Zhang Jun, représentant de la Chine auprès des Nations unies, a alors déclaré que la « porte d’une solution pacifique » était toujours ouverte et a exhorté toutes les parties à rester calmes.

Le lendemain, mardi, Pékin a complètement changé de cap. Les autorités chinoises ont déclaré qu’elles étaient fermement opposées à toute forme de « sanctions unilatérales illégales » que l’Occident pourrait imposer à la Russie.

« Depuis 2011, les États-Unis ont déjà imposé plus de 100 sanctions à la Russie. Mais les sanctions américaines ont-elles déjà résolu un problème ? Le monde est-il devenu meilleur grâce à ces sanctions ? Les problèmes en Ukraine seront-ils résolus par les sanctions américaines contre la Russie ? Les Européens seront-ils plus en sécurité à cause des sanctions américaines contre la Russie ? », s’est interrogé à haute voix un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères devant les journalistes à Pékin.

Toujours selon le porte-parole, les États-Unis seraient en fait les coupables dans l’histoire de l’Ukraine. Les Américains auraient attisé les tensions en provoquant la panique et en propageant la possibilité d’une guerre.

La Chine a déjà fourni une aide économique à la Russie en 2014

Pékin a déjà fourni une aide économique à Moscou lors de ses affrontements avec l’Occident. Par exemple, la Chine a fourni une aide à la Russie après l’annexion de la Crimée en 2014.

Les experts s’attendent à ce que les grandes banques stratégiques chinoises, qui diffèrent des prêteurs commerciaux soutenus par l’État, jouent à nouveau un rôle crucial dans la mise en place d’un programme de soutien à la Russie.

« À moins que l’Occident ne puisse imposer des coûts tangibles à la Chine, celle-ci continuera à soutenir la Russie en coulisses », affirme Jakub Jakobowski, membre du Centre d’études orientales de Varsovie, dans une interview accordée au Financial Times.

Depuis 2014, les liens entre Pékin et Moscou n’ont fait que se renforcer.

Le mot invasion n’est pas prononcé par Pékin

Ce jeudi, Pékin n’a toujours pas pris de position officielle sur l’invasion russe. « Pour le moment, afin d’éviter que les conflits ne s’aggravent, la Chine continuera à promouvoir la paix et les pourparlers à sa manière », a déclaré jeudi le même porte-parole du gouvernement.

« La Chine suit de près les derniers développements », a indiqué Hua Chunying, une autre porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. Mais il n’y aucune condamnation formelle: « La question ukrainienne a un contexte historique très complexe » qui « est le résultat de l’effet combiné de divers facteurs »

La Chine refuse toujours de parler d’une « invasion » de l’Ukraine. Pékin a toutefois réitéré jeudi que toutes les parties concernées devaient faire preuve de retenue.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20