Le Royaume-Uni démarre l’une des négociations post-Brexit les plus importantes pour son économie

En sortant de l’Union européenne, le Royaume-Uni va perdre tous les accords commerciaux avec les autres pays. Il doit maintenant les négocier un à un. Après les Etats-Unis, les Britanniques passent maintenant au Japon.

En dehors des pays de l’Union européenne, le Japon est le 4e plus grand partenaire commercial du Royaume-Uni. Ne pas trouver d’accord créerait à partir du 1er janvier 2021 de nombreux obstacles pour 9.500 entreprises britanniques qui font affaire avec le Japon.

La secrétaire britannique au Commerce international, Liz Truss, et le ministre japonais des Affaires étrangères, Toshimitsu Motegi, ont commencé aujourd’hui les discussions en vidéo-conférence en vue d’un accord.

Pour la secrétaire d’Etat Truss, l’accord conclut ira plus loin que celui qui a été négocié avec l’Union européenne, en ‘fixant des règles ambitieuses dans des domaines tels que le commerce et les services numériques’.

En 2019, les échanges entre les deux pays ont totalisé environ 35,31 milliards d’euros. Le Royaume-Uni espère que cet accord permettra de stimuler l’économie britannique qui en a bien besoin après la crise du coronavirus.

Intégrer le CPTPP

En trouvant un accord commercial avec le Japon, le Royaume-Uni nourrit une autre finalité. Le pays aimerait intégrer le Comprehensive and Progressive Agreement for Trans-Pacific Partnership (CPTPP). Comprenez, en français, le Partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP). Il s’agit d’un accord commercial entre 7 pays (Australie, Canada, Japon, Mexique, Nouvelle-Zélande, et Singapour).

Le Royaume-Uni a marqué son intérêt pour entrer dans ce traité en 2018. Et le Premier ministre japonais, Shinzō Abe, avait répondu favorablement à cette demande, indiquant qu’il sera accueilli ‘les bras ouverts’ lorsque les Britanniques auraient quitté officiellement l’Union européenne.

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20