Le problème de la barbarie des armes à feu en Amérique expliqué. Et pourquoi, après une nouvelle fusillade de masse, rien ne risque de changer

Un homme armé de 18 ans a tué 19 enfants – tous âgés de moins de 12 ans – et au moins deux adultes à l’école primaire Robb à Uvalde, au Texas, mardi. Il y a déjà eu 27 fusillades dans des écoles et plus de 200 fusillades de masse cette année. Le nombre de décès par arme à feu continue d’augmenter chaque année aux États-Unis. Cela vaut également pour les enfants : en 2013, 600 enfants de moins de 11 ans ont été tués ; en 2020, ils étaient 1.000. Le Président Biden promet de l’action, mais nous avons déjà entendu cela auparavant. Alors pourquoi, malgré l’indignation et le deuil suscités par chaque fusillade de masse, rien ne semble changer ?

Pourquoi est-ce important ?

Plus d'armes, plus d'endroits où vous pouvez les porter, moins de contrôles, moins de protection : depuis la fusillade de Sandy Hook, les États-Unis n'ont fait que progresser vers la barbarie. En effet, peut-on encore qualifier de civilisé un pays où plus de 200 fusillades de masse - faisant chacune plus de quatre morts - ont déjà eu lieu dans des lieux publics cette année, et où les parents voient chaque jour leurs enfants quitter l'école terrifiés à l'idée qu’ils soient abattus ? Et ceux à qui les Américains confient le pouvoir politique, au niveau de l'État et au niveau fédéral, semblent déterminés à rendre les choses pires et plus sanglantes.

Toutes les autres démocraties déploient des efforts considérables pour éloigner les armes des personnes dangereuses et les personnes dangereuses des armes. Pas les États-Unis. Depuis de nombreuses années, et surtout depuis le massacre de l’école primaire Sandy Hook, dans le Connecticut, il y a près de dix ans, les États-Unis ont distribué de plus en plus d’armes à feu : 120 armes pour 100 Américains à l’heure actuelle. Les années de la pandémie sont celles des plus grandes ventes d’armes à feu de l’histoire américaine : près de 20 millions d’armes vendues en 2020 ; 18,5 millions de plus en 2021. Et sans surprise : ces deux années ont également connu une augmentation de la violence armée.

Et ceux à qui les Américains confient le pouvoir politique, au niveau de l’État et au niveau fédéral, semblent déterminés à rendre les choses pires et plus sanglantes. Dans les prochaines semaines, la Cour suprême des États-Unis rendra son avis dans l’affaire New York State Rifle & Pistol Association Inc. v. Bruen, une décision qui pourrait lever l’interdiction du port d’armes dissimulées, même dans les quelques États qui leur restent.

Plus d’armes, plus d’endroits où vous pouvez les porter, moins de contrôles, moins de protection : depuis Sandy Hook, les États-Unis n’ont fait que progresser vers la barbarie. Car peut-on encore qualifier de civilisé un pays où, cette année déjà, plus de 200 fusillades de masse – faisant chacune plus de quatre morts – ont eu lieu dans des lieux publics et où les parents voient chaque jour leurs enfants quitter l’école avec la crainte qu’ils ne soient abattus ?

Les armes à feu sont désormais la première cause de décès chez les enfants

Cette nouvelle tragédie est survenue dix jours seulement après une autre fusillade de masse dans un supermarché de Buffalo, dans l’État de New York, qui a fait dix morts. Il s’agit de la fusillade la plus meurtrière dans une école américaine depuis 2018, lorsque 17 personnes ont trouvé la mort au lycée Marjory Stoneman Douglas de Parkland, en Floride, et de la deuxième plus meurtrière dans une école primaire depuis la fusillade de 2012 à l’école primaire Sandy Hook de Newtown, dans le Connecticut. Là, 26 personnes ont été tuées, dont 20 jeunes enfants. Cette année marque à elle seule la 27e fusillade dans une école aux États-Unis ; outre les décès signalés à Uvalde, 25 personnes sont mortes dans des fusillades dans des écoles depuis janvier.

Getty Images

Le FBI a indiqué cette semaine que les fusillades comme celle d’hier dans l’école du Texas sont de plus en plus fréquentes. L’année dernière, le nombre de fusillades actives a été le plus élevé depuis vingt ans. Il s’agit d’individus armés qui tentent de tirer sur des personnes au hasard dans un lieu public. Le nombre d’attaques dans lesquelles une école est visée est également en augmentation. L’année dernière, aux États-Unis, les armes à feu ont supplanté les accidents de la route comme principale cause de décès chez les enfants et les adolescents.

Biden en a eu assez. Comme tous les autres présidents de ces 20 dernières années

Le président Biden a réagi lors d’une conférence de presse à l’attaque, qu’il a qualifiée de « nouveau massacre ». « Les parents ne verront plus jamais leur enfant, ne sauteront plus dans leur lit et ne les prendront plus dans leurs bras », a-t-il déclaré. « Quand diable allons-nous nous soulever contre le lobby des armes à feu ? », s’est-il demandé. « L’idée qu’un enfant de 18 ans puisse acheter une arme est tout simplement inacceptable. J’en ai assez. Nous devons commencer à faire quelque chose. » À présent, nous avons entendu cela de la part de tous les présidents des 20 dernières années, même de Trump.

C’est devenu une routine américaine : après chaque fusillade de masse, le débat sur les armes et la violence armée reprend. Il est suggéré que des lois plus strictes soient adoptées. Les critiques répondent que le gouvernement essaie de leur retirer leurs armes. Le débat s’enlise. Ainsi, alors même que l’Amérique continue de connaître des niveaux de violence armée inégalés dans le reste du monde développé, rien ne se passe – aucune loi n’est adoptée par le Congrès, rien de significatif n’est fait pour tenter de prévenir la prochaine atrocité.

Pourquoi ? Pour comprendre cela, nous devons aller au-delà des statistiques effrayantes sur la possession d’armes à feu et la violence armée aux États-Unis, mais aussi examiner la relation unique qu’entretient l’Amérique avec les armes à feu – contrairement à celle de tout autre pays développé. Et comment cette relation bizarre se joue dans la politique américaine ?

5 % de la population mondiale possède 45 % de toutes les armes à feu privées

Mais commençons par les chiffres. Aucun autre pays développé dans le monde n’a le même taux de violence armée que l’Amérique. Selon les données des Nations unies, le taux de meurtre par arme à feu aux États-Unis est presque six fois plus élevé qu’au Canada, plus de sept fois plus élevé qu’en Suède et presque 16 fois plus élevé qu’en Allemagne ou dans un notre pays. Les décès par arme à feu sont une raison majeure pour laquelle l’Amérique a un taux d’homicide global, y compris les homicides sans arme à feu, beaucoup plus élevé que les autres pays développés.

Getty Images

Pour comprendre pourquoi il en est ainsi, voici une autre statistique importante : les États-Unis ont de loin le plus grand nombre d’armes à feu privées au monde. Le nombre d’armes à feu appartenant à des civils aux États-Unis en 2017 était de 120,5 pour 100 habitants, ce qui signifie qu’il y a plus d’armes à feu que de personnes. Le deuxième pays au monde à cet égard est le Yémen, un État quasi défaillant déchiré par la guerre civile, où l’on compte 52,8 armes pour 100 habitants en propriété privée, selon une analyse du Small Arms Survey 2018.

Une autre façon de voir les choses : Les Américains représentent moins de 5 % de la population mondiale, mais possèdent environ 45 % de toutes les armes à feu en propriété privée. Toutefois, cela ne signifie pas que chaque adulte américain possède des armes à feu. En fait, la possession d’armes à feu est concentrée sur une minorité de la population américaine, comme le montrent les enquêtes du Pew Research Center. Dans 37 % des ménages, un adulte possède une arme à feu. Cela signifie que les Américains qui possèdent des armes à feu sont une minorité importante, mais ceux qui en possèdent ont tendance à en posséder plusieurs. Trois à quatre en moyenne, en fait.

Les arguments qui n’en sont pas

Ces chiffres démontrent la culture unique de l’Amérique en matière d’armes à feu. Il existe une très forte corrélation entre la possession d’armes à feu et la violence armée – une relation que les chercheurs estiment être au moins partiellement causale.

Dans le même temps, ces armes sont concentrées chez une minorité passionnée, qui est généralement celle qui critique le plus bruyamment toute forme de contrôle des armes à feu et qui dissuade les législateurs de voter contre de telles mesures.

Ce qui est certain, c’est que plus d’armes à feu signifient plus de décès dus à ces armes. Les recherches sur ce sujet sont extrêmement claires. Les opposants au contrôle des armes à feu ont tendance à mettre en avant d’autres facteurs pour expliquer les niveaux inhabituels de violence armée en Amérique – notamment les maladies mentales. Mais les personnes atteintes de maladies mentales sont plus souvent les victimes que les auteurs d’actes de violence. Et Michael Stone, un psychiatre de l’université de Columbia qui gère une base de données sur les meurtriers de masse, a écrit dans une analyse que seuls 52 des 235 tueurs de la base de données, soit environ 22 %, souffraient d’une maladie mentale. D’autres recherches l’ont également confirmé.

Getty Images

Un autre argument que l’on entend parfois est que ces fusillades seraient moins fréquentes si davantage de personnes avaient des armes à feu, ce qui leur permettrait de se défendre lors d’une fusillade. Mais un taux élevé de possession d’armes à feu ne réduit pas les décès par arme à feu, mais tend plutôt à coïncider avec une augmentation de ces décès.

Bien que, dans certains cas, quelques personnes puissent utiliser une arme pour se défendre ou défendre les autres avec succès, la prolifération des armes semble causer beaucoup plus de violence qu’elle n’en prévient. De multiples simulations ont également montré que la plupart des gens, s’ils se trouvent dans une telle situation de tir alors qu’ils sont armés, ne feront en réalité guère plus que se faire tuer dans le processus.

C’est simple (et scientifiquement prouvé) : plus d’armes à feu chez les citoyens = plus de violence armée

La relation entre les taux de possession d’armes à feu et les taux de violence armée est maintenant bien documentée. Les données recueillies par le centre de recherche sur le contrôle des blessures de l’école de santé publique de Harvard vont dans ce sens : après avoir pris en compte des variables telles que les facteurs socio-économiques et d’autres formes de criminalité, les endroits où il y a le plus d’armes à feu enregistrent davantage de décès par arme à feu – pas seulement des homicides, mais aussi des suicides, des violences domestiques, des violences contre la police et des fusillades de masse.

Par exemple, une étude menée en 2013 par un chercheur de l’école de santé publique de l’université de Boston a révélé qu’après avoir pris en compte plusieurs variables, chaque point de pourcentage d’augmentation de la possession d’armes à feu était corrélé à une augmentation d’environ 0,9 % des homicides par arme à feu.

Comme l’a montré une analyse révolutionnaire de Franklin Zimring et Gordon Hawkins de l’UC Berkeley dans les années 1990, ce n’est même pas parce que les États-Unis ont plus de crimes que les autres pays développés. Au contraire, les États-Unis semblent avoir une violence plus meurtrière – et cela est largement dû à la prévalence des armes à feu.

Getty Images

« Une série de comparaisons spécifiques des taux de mortalité liés aux crimes contre la propriété et aux agressions à New York et à Londres montre comment d’énormes différences dans le risque de décès peuvent être expliquées même lorsque les modèles généraux sont similaires », ont écrit Zimring et Hawkins. « Une préférence pour les crimes de violence personnelle et la volonté et la capacité d’utiliser des armes dans les vols font que des niveaux similaires de crimes contre la propriété sont 54 fois plus meurtriers à New York qu’à Londres. »

Les armes à feu ne sont pas la seule cause de la violence. Les autres facteurs sont la pauvreté, l’urbanisation et la consommation d’alcool. Mais lorsque les chercheurs contrôlent d’autres variables confusionnelles, ils ont constaté à maintes reprises que le taux élevé de possession d’armes à feu aux États-Unis est une raison majeure pour laquelle la situation est tellement pire aux États-Unis en termes de violence armée.

Le pouvoir d’une idée abstraite

Pour faire face à ce problème, l’Amérique devra non seulement rendre les armes moins accessibles, mais aussi probablement réduire le nombre d’armes à feu sur son territoire. Un examen de 2016 de 130 études dans 10 pays, publié dans Epidemiologic Reviews, a révélé que les nouvelles restrictions légales sur la possession et l’achat d’armes à feu étaient pour la plupart suivies d’une diminution de la violence armée.

Mais malgré l’indignation suscitée par les homicides commis à l’aide d’armes à feu, le sentiment que cela suffit et la preuve évidente que le problème découle des taux élevés de possession d’armes à feu en Amérique, aucune législation significative n’est en préparation pour résoudre ce problème.

Pourtant, si vous demandez aux Américains ce qu’ils pensent des mesures spécifiques visant à limiter les armes à feu, ils vous diront souvent qu’ils les soutiennent. Selon les enquêtes du Pew Research Center, la plupart des Américains sont favorables à la vérification des antécédents des personnes souhaitant acheter une arme à feu, à la création d’une base de données fédérale pour suivre les ventes d’armes, à l’interdiction des armes d’assaut et à l’interdiction des armes à feu équipées de chargeurs de munitions surdimensionnés. Certaines études ont également révélé un fort soutien en faveur de l’obligation d’obtenir un permis pour acheter et posséder une arme à feu.

Alors pourquoi ces mesures ne sont-elles jamais promulguées ? C’est en partie parce qu’ils se heurtent à un autre problème politique : Les Américains, de plus en plus ces dernières années, soutiennent l’idée abstraite du droit de posséder des armes à feu. Par conséquent, les opposants au contrôle des armes à feu peuvent même contrecarrer les législations qui introduiraient les mesures les plus populaires, telles que les vérifications des antécédents (qui bénéficient d’un soutien de plus de 80 %).

Ce problème n’est pas propre aux armes à feu. Bien que de nombreux Américains disent ne pas aimer la loi sur les soins abordables (également connue sous le nom d’Obamacare), la plupart d’entre eux apprécient en fait les spécificités de cette loi sur la santé et les avantages qu’elle leur procure. Mais le problème est que cela est masqué par une rhétorique sur la « prise en charge des soins de santé par l’État », sur le fait que cela conduira à la faillite des soins de santé et que cela transformera les États-Unis en un « État socialiste ». Comme la plupart des Américains n’ont pas le temps de vérifier ces affirmations, ils finissent par s’en tenir à ces rengaines et à ces arguments effrayants.

Et puis, il y a la mainmise de la NRA

Bien sûr, il est également vrai que certains Américains s’opposent tout simplement aux lois sur le contrôle des armes à feu. Et bien que ce groupe soit généralement minoritaire par rapport à ceux qui veulent restreindre les armes à feu, les opposants ont tendance à être beaucoup plus passionnés par la question que les partisans – et ils sont soutenus par un lobby politique très puissant.

L’organisation politique la plus puissante en matière d’armes à feu est sans aucun doute la National Rifle Association (NRA). La NRA a une énorme emprise sur la politique conservatrice en Amérique, et cette évolution est plus récente que vous ne le pensez.

Pendant une grande partie de son histoire, la NRA était plus un club sportif qu’une force politique sérieuse contre le contrôle des armes à feu, et a même soutenu certaines restrictions sur les armes. Une révolte de 1977 au sein de l’organisation a tout changé. L’augmentation de la criminalité dans les années 1960 et 1970 s’est accompagnée d’appels à un contrôle accru des armes à feu. Les membres de la NRA craignaient qu’après la loi historique de 1968, de nouvelles restrictions sur les armes à feu ne cessent d’apparaître – ce qui finirait, craignaient-ils, par aboutir à la confiscation par le gouvernement de toutes les armes à feu en Amérique. Les membres de la NRA se sont donc mobilisés et ont élu un partisan de la ligne dure (Harlon Carter) à leur tête, transformant à jamais la NRA en un lobby des armes à feu tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Getty Images

Il est essentiel de comprendre pourquoi la NRA est presque catégoriquement opposée à la réglementation des armes à feu. Elle craint que des réglementations populaires et apparemment logiques, telles que l’interdiction des armes d’assaut ou la création d’une base de données fédérale sur les achats d’armes, ne visent pas réellement à sauver des vies, mais constituent en fait une première étape possible vers la fin de toute possession privée d’armes à feu en Amérique. Et c’est ce que la NRA considère – à tort, dans l’esprit de certains experts juridiques – comme une violation du deuxième amendement de la Constitution américaine.

Ainsi, chaque fois que l’on tente d’imposer de nouvelles formes de contrôle des armes à feu, la NRA rassemble des propriétaires d’armes à feu et d’autres opposants à la restriction des armes à feu pour saboter ces tentatives. Ces propriétaires d’armes à feu représentent une minorité de la population : entre 30 et environ 40 % des ménages. Mais électoralement, c’est suffisant, surtout au sein de la base républicaine, pour que de nombreux politiciens craignent que le fait de se mettre en porte-à-faux avec la NRA mette fin à leur carrière.

Préparer du bacon avec une mitrailleuse

Par conséquent, les médias et les politiciens conservateurs prennent très au sérieux les approbations de la NRA, en particulier les notes très convoitées de A à F attribuées par l’organisation. Les politiciens vont parfois jusqu’à l’absurde pour montrer leur soutien aux droits des armes à feu. En 2015, par exemple, le sénateur républicain Ted Cruz (Texas) était la vedette d’une vidéo de la revue IJ dans laquelle il cuisait du bacon avec – ce n’est pas une blague – une mitrailleuse.

Bien que plusieurs tentatives aient été faites au fil des ans pour contrer le pouvoir de la NRA, elles n’ont guère réussi. Les défenseurs du contrôle des armes sont confrontés à un obstacle de taille : des opposants très passionnés.

Qu’est-ce qui se cache derrière cette passion ? C’est un peu la question à un million de dollars. Ou plutôt, c’est une question qui a des réponses, mais elles ne sont pas vraiment flatteuses pour l’espèce humaine, et elles ne sont pas vraiment mises en valeur. Il y a certainement le sentiment d’une possible perte tangible – les propriétaires d’armes à feu ont l’impression que le gouvernement va leur retirer leurs armes et leurs droits. Et les gens n’aiment pas qu’on leur dise ce qu’ils peuvent ou ne peuvent pas faire, surtout si cela implique un changement. Mais il y a aussi quelque chose dans le fait que les propriétaires d’armes à feu prennent plaisir à ressentir le sentiment de puissance que leurs armes leur procurent. Un sentiment qui crée une dépendance, comme l’ont montré des décennies de recherches psychologiques.

Les fusillades de masse ne sont qu’une petite partie d’un problème bien plus important

Il est également important de réaliser que, bien qu’elles fassent l’objet d’une grande attention, les fusillades de masse ne représentent qu’une petite partie de la violence par arme à feu aux États-Unis. Selon la définition que l’on donne à une fusillade de masse, il y en a entre une douzaine et une centaine aux États-Unis chaque année. Les autres violences par armes à feu tuent bien plus d’Américains que ces fusillades de masse. Selon la définition la plus large des fusillades de masse, elles représentent moins de 2 % des quelque 40.000 décès par arme à feu enregistrés chaque année, dont la plupart sont des suicides et non des meurtres.

La prévention des suicides n’est pas un sujet habituellement abordé dans les discussions sur le contrôle des armes à feu, mais les expériences d’autres pays montrent qu’elle peut sauver des vies. En Israël, où le service militaire est obligatoire pour une grande partie de la population, les responsables politiques ont réalisé qu’un nombre alarmant de soldats se suicidaient lorsqu’ils rentraient chez eux pour le week-end. Les responsables israéliens ont donc décidé, dans le cadre de leur solution, d’essayer d’obliger les soldats à laisser leurs armes à la base lorsqu’ils rentrent chez eux. Cela a fonctionné : une étude a révélé que le taux de suicide chez les soldats israéliens a chuté de 40 %.

Getty Images

Alors que les politiciens s’appuient souvent sur les fusillades de masse pour réclamer une réforme des lois sur les armes à feu, le problème est bien plus profond. Mais les fusillades de masse obligent les Américains à faire face aux conséquences de la culture des armes à feu. Seulement, il semble que les Américains en tant que nation ne sont pas prêts à regarder.

Même la fusillade de 2012 à l’école primaire Sandy Hook, à Newtown, dans le Connecticut – au cours de laquelle un tireur a tué 20 jeunes enfants, six membres du personnel et lui-même – n’a pas entraîné de changement significatif au niveau fédéral ou dans la plupart des États. Depuis lors, selon certaines estimations, il y a eu des milliers de fusillades de masse. Et tout porte à croire qu’il y en aura d’autres.

Les leçons que les Américains peuvent tirer des Australiens

Ce qui rend la situation d’autant plus douloureuse, c’est que d’autres pays développés ont connu d’énormes succès en matière de contrôle des armements. Tous ces pays ne sont pas comparables aux États-Unis, mais l’un d’entre eux l’est certainement, car il partage une mentalité de pionnier et a une histoire similaire : l’Australie.

En 1996, un homme de 28 ans armé d’un fusil semi-automatique s’est déchaîné à Port Arthur, en Australie. Bilan : 35 personnes tuées et 23 blessées. C’était la pire fusillade de l’histoire de l’Australie. Les politiciens australiens ont réagi en adoptant une législation interdisant certains types d’armes à feu, comme les fusils automatiques et semi-automatiques et les fusils de chasse. Le gouvernement australien a confisqué 650.000 de ces armes dans le cadre d’un programme obligatoire par lequel il a acheté les armes à feu à des propriétaires d’armes. Elle a compilé un registre de toutes les armes détenues dans le pays et a exigé une licence stricte pour tous les nouveaux achats d’armes à feu.

Résultat : le taux d’homicide par arme à feu en Australie a chuté d’environ 42 % au cours des sept années qui ont suivi l’adoption de la loi, et le taux de suicide par arme à feu a diminué de 57 %.

Getty Images

Une étude menée par des chercheurs australiens a révélé que le rachat de 3.500 armes à feu pour 100.000 habitants était corrélé à une baisse de 50 % des homicides par arme à feu et de 74 % des suicides par arme à feu. Alors que 13 fusillades de masse (tuant quatre personnes ou plus en même temps) ont eu lieu en Australie au cours des 18 années précédant la loi sur le contrôle des armes à feu, dans les 25 années qui ont suivi (et à ce jour), il y en a eu … trois.

En 2019, un homme a tué quatre personnes par balle à Darwin. Les deux autres fusillades de masse depuis Port Arthur ont été le meurtre-suicide d’une famille de cinq personnes en Nouvelle-Galles du Sud en 2014, et un massacre avec sept morts dans un domaine rural en Australie occidentale en 2018. Il s’agissait dans les deux cas d’actes de violence domestique perpétrés par un homme, des membres de sa propre famille ayant été abattus dans une propriété.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20