Le premier réacteur nucléaire européen commandé après la catastrophe de Tchernobyl entre enfin en service cette semaine

Selon les estimations, le réacteur nucléaire finlandais Olkiluoto 3, dont la construction a été très retardée, devrait être raccordé au réseau électrique du pays début février. C’est ce qu’a annoncé la société énergétique finlandaise Teollisuuden Voima (TVO) sur son site web.

Le réacteur devait être connecté au réseau aujourd’hui. Mais en raison d’une perturbation lors d’un test de synchronisation pendant le week-end, la date de connexion a été repoussée, a déclaré un porte-parole de TVO à l’agence de presse Reuters.

La centrale commencera à produire régulièrement de l’électricité à 25 % de sa capacité et devrait atteindre sa pleine capacité de 1,6 gigawatt (GW) en juin 2022, a indiqué TVO.

Délai

Le réacteur appartient à la nouvelle troisième génération de réacteurs nucléaires. Le groupe industriel français Areva a été chargé de sa construction. Il a débuté en 2005 et devait initialement être achevé en 2009.

Mais l’organisme finlandais de surveillance nucléaire STUK a émis des doutes quant à la solidité de certains composants. En raison de ce retard, les coûts ont fortement augmenté ; ni TVO ni Areva n’ont voulu payer. Au final, la construction aurait coûté 11 milliards d’euros, soit environ trois fois plus que l’estimation initiale.

Il s’agit du premier réacteur nucléaire commandé en Europe après la catastrophe de Tchernobyl. C’est aussi le premier à être mis en service en Finlande depuis plus de quatre décennies.

Les déboires que connait également la centrale EPR de Flamanville rappellent au secteur qu’unréacteur atomique n’est jamais gagné d’avance. Le réacteur devait initialement entrer en service en 2012 tandis que le coût de départ était estimé à 3,3 milliards d’euros. Le projet devrait finalement atterrir en 2023 pour un coût de 12,7 milliards d’euros.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20