Le plan de relance est accepté par l’UE : voici ses objectifs chiffrés

Du propre aveu du secrétaire d’État à la Relance, Thomas Dermine (PS), faire accepter le plan de relance par la Commission fut un long chemin de croix et des nuits entières de négociations. Mais Ursula von der Leyen est venue annoncer la bonne nouvelle hier, qui sera officielle ce mercredi: la Belgique va bénéficier du fonds européen à hauteur de 5,9 milliards d’euros.

Pourquoi est-ce important ?

Le choc de la crise du coronavirus a touché de plein fouet la Belgique. Si les aides de l'Etat ont pu éviter une vague de faillites et de chômage, elles ont forcément pesé sur les finances publiques. La Belgique devait donc mettre sur la table des réformes structurelles. Penser projets plutôt que répartition arithmétique entre entités fédérées, un mal belge.

1. La situation économique de la Belgique après 1 an et demi de Covid-19

  • Au niveau du PIB en volume, la Belgique a encaissé un choc de 6% sur l’année 2020. C’est moins qu’initialement prévu, mais cela reste la plus grande récession de l’histoire moderne en temps de paix.
  • Quelque 1,2 million de personnes ont bénéficié du chômage temporaire (36% des salariés) et pas moins de 400.000 indépendants ont obtenu le droit passerelle (50% des indépendants à titre principal). Le taux d’emploi n’a donc pas trop pâti de la crise.
  • Mais l’addition est salée pour l’année 2020: un déficit compris entre 9,4% (BNB) et 10,04% (Eurostat) du PIB, soit un trou de 44,9 milliards d’euros, selon les chiffres du budget définitifs. La crise à proprement parler (déficit et manque de recettes) a coûté 35,6 milliards d’euros. Avant la crise, le déficit était de 9,3 milliards d’euros soit 1,95% du PIB. La Belgique a été l’un des pays les plus touchés de l’UE.
  • Au niveau de la dette publique, la Belgique a retrouvé des niveaux des années 90 avec 114% du PIB. Là encore, la Belgique est dans la mauvaise partie du tableau européen.
  • Les faillites ont pu être évitées. Pour le moment. Le bureau d’étude Graydon, relayé par Le Soir, estime toujours qu’une vague de 50.000 faillites est à venir en Belgique, en plus du nombre de faillites normal (10.000 faillites par an).

2. Le plan de relance

  • 80 projets vont bénéficier d’une manne européenne de 5,9 milliards d’euros. Quelque 700 millions d’euros seront déjà débloqués pour cet été. Le budget sera ensuite libéré progressivement jusque 2026.
  • 5 axes d’investissements: la mobilité, la productivité, l’environnement, l’inclusion et la digitalisation.
  • 834 millions seront alloués à l’inclusion, 1,292 milliard à la mobilité, 763 millions à la digitalisation, reste 1 milliard pour la productivité et 1,7 milliard pour le chapitre durabilité/environnement.
  • Ce à quoi s’ajoute l’investissement national pour un plan de relance total qui avoisine les 25 milliards d’euros.

Pour aller plus loin:

Plus
François Normand
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20