Le FMI revoit ses prévisions à la baisse: la contraction de l’économie sera plus forte que prévu

La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva, et le président du groupe de la Banque mondiale, David Malpass, participent à une conférence de presse conjointe sur la réponse des organisations à l’épidémie de coronavirus COVID-19 au siège du FMI à Washington, le 4 mars. (EPA-EFE/ERIK S. LESSER)

L’économie mondiale est sur la voie d’une contraction plus importante que ce que le Fonds monétaire international avait précédemment estimé en avril dernier, a prévenu mardi l’économiste en chef de l’institution.

Au mois d’avril, alors que l’Europe n’en était qu’à ses premières semaines de confinement, le Fonds monétaire international a prédit que l’économie mondiale allait subir la pire crise financière depuis la Grande Dépression des années 1930. Elle prévoyait alors une contraction de 3 % en 2020.

Deux mois plus tard, et alors que la plupart des pays européens sont maintenant déconfinés, le FMI corrige son tir… Pour le pire. ‘Pour la première fois depuis la Grande Dépression, les économies avancées et les économies de marché émergentes seront en récession en 2020. La prochaine mise à jour des Perspectives de l’économie mondiale de juin devrait montrer des taux de croissance négatifs encore plus mauvais que ceux estimés précédemment’, a prévenu Gita Gopinath, l’économiste en chef du FMI, dans un post repris par CNBC.

Industrie des services

Elle a également ajouté que la crise actuelle, le ‘Grand Confinement’ comme le Fonds la nomme, ‘ne ressemble à rien de ce que le monde a connu auparavant’.

L’industrie des services a été particulièrement impactée par le choc économique entraîné par le coronavirus, bien davantage que l’industrie manufacturière. Un changement de taille par rapport aux crises précédentes, où le manque d’investissement a frappé le plus durement l’activité manufacturière.

Ce changement pourrait toutefois préfigurer une reprise plus rapide que lors des chocs économiques passés. ‘Il est possible qu’avec une demande de consommation refoulée, il y ait un rebond plus rapide, contrairement à ce qui s’est passé après les crises précédentes’, a indiqué Gopinath. Un tel rebond n’est cependant pas garanti, la crise ayant modifié les dépenses de consommation vers une épargne bien plus conséquente qu’auparavant.

Ce lundi, la directrice générale du FMI avait d’ailleurs exhorté les pays à continuer d’injecter de l’argent dans leur économie pour combattre la crise et à ne pas revenir à des mesures d’austérité. ‘Mon message est: dépensez, dépensez, dépensez. S’il vous plaît, dépensez autant que possible’, a appelé Kristalina Georgieva. ‘Mais gardez les reçus. Et gardez à l’esprit que nous ne pouvons pas nous en sortir sans croissance’, a-t-elle ajouté.

Lire aussi: