Le coronavirus donne le coup de grâce au magazine Playboy

La dernière édition imprimée du magazine Playboy comprend une interview de l’actrice et militante britannique Jameela Jamil. – Matt Baron/Shutterstock

Aux États-Unis, la toute dernière édition imprimée du magazine Playboy se trouve actuellement dans les rayons. Cela a été annoncé par Ben Kohn, CEO de Playboy Enterprises. Il a ajouté que la publication se poursuivra désormais exclusivement en ligne.

Des éditions imprimées spéciales seront toutefois régulièrement proposées au public, selon Kohn.

Fin prématurée

Playboy était à l’origine un magazine mensuel, mais la société a décidé l’an dernier de ne le commercialiser qu’une fois par trimestre. Cela devait finalement aboutir à une publication exclusive en ligne. Cette étape a maintenant été accélérée en raison des circonstances difficiles qui entourent le coronavirus.

‘En interne, il était question depuis un certain temps de passer définitivement au contenu en ligne’, note Kohn. ‘Cependant, à mesure que l’impact du coronavirus sur la production de contenu s’est accru, il nous est apparu de plus en plus évident qu’une transition plus rapide était nécessaire.’

‘En fin de compte, cela signifie que notre produit doit être mieux adapté aux attentes des consommateurs d’aujourd’hui. Dans ce contexte, l’interaction trimestrielle n’a plus de sens. Après tout, le client exige un service quotidien.’

Internet

Playboy était déjà à la recherche d’un modèle commercial approprié depuis un certain temps. Le magazine a été lancé il y a près de septante ans par feu Hugh Hefner. Playboy Enterprises s’est depuis lors transformé en un grand conglomérat, comprenant une plateforme de télévision, du merchandising, des clubs et des établissement consacrés, des événements et un label de musique.

Cependant, l’essor d’Internet a sapé le modèle économique du magazine. L’érotisme étant beaucoup plus facile et moins cher à trouver en ligne. Le magazine – qui a enregistré un pic de diffusion de plus de sept millions d’exemplaires au début des années 1970 – a vu sa popularité chuter. Les expériences avec d’autres formules se sont toutefois révélées incapables d’offrir une solution.

Au milieu de la dernière décennie, le magazine a décidé d’arrêter de commercialiser des couvertures avec des modèles nus. L’un des espoirs de Playboy Enterprises était d’atteindre un public plus large et d’attirer des annonceurs faciles.

Cette intervention contredisait cependant le caractère essentiel du magazine. L’opération n’ayant pas donné de résultat positif, Playboy est rapidement revenu sur sa décision.

Lire aussi: