L’armée américaine travaille sur son propre vaccin, avec un objectif qui la démarque nettement des entreprises privées

Un vaccin efficace face à tous les variants du Covid-19, l’objectif de l’armée américaine. (Anthony Behar/Sipa USA/Isopix)

L’armée américaine commencera les essais cliniques de son propre vaccin la semaine prochaine. Les chercheurs militaires espèrent que leur vaccin sera capable de lutter contre les différents variants du SRAS-Cov-2.

En juin 2020, l’armée américaine a annoncé qu’elle allait concevoir son propre vaccin. Une annonce faite au beau milieu de l’opération ‘Warp Speed’ de Trump, qui devait permettre le développement rapide de vaccins commerciaux tels que ceux de Moderna, AstraZeneca et Johnson & Johnson. Notons que Pfizer a refusé ce financement.

À cette époque, il était déjà clair pour l’armée américaine que les différents variants du virus constitueraient un problème sur le long terme. ‘Rien ne prouve pour l’instant qu’il existe d’autres variants, mais nous voulons fabriquer un vaccin qui puisse également résister aux mutations’, avait déclaré l’été dernier Kayvon Modjarrad, directeur de la division des maladies infectieuses à l’Institut de recherche de l’armée Walter Reed.

Désormais, nous sommes certains qu’il existe de nombreux variants du Covid-19. Ils se manifestent localement, et peut-être plus particulièrement chez les personnes dont le système immunitaire est faible.

Entre-temps, l’armée américaine n’est pas restée inactive. Les essais cliniques de son propre vaccin débuteront mardi prochain. Le produit devrait offrir une protection contre l’ensemble des mutations.

La menace des coronavirus était déjà connue

Le vaccin s’appelle pour l’instant ‘spike ferritin nanoparticle’, abrégé par l’armée en SpFN. Une dose de ce vaccin protégerait contre le Covid-19, ses mutations et toute une série d’autres virus à ARN apparentés qui causent la pneumonie, mais que l’on trouve actuellement surtout chez les autres mammifères.

‘L’armée observe la menace des coronavirus depuis un certain temps’, a déclaré M. Modjarrad dans un communiqué de presse jeudi. ‘Selon nous, la menace de ces virus avait déjà augmenté de façon spectaculaire ces dernières années. C’est la raison pour laquelle nous avons besoin d’un vaccin comme celui-ci, un vaccin qui offre une large protection et qui réagit activement contre différents coronavirus et leurs variants.’

Le département américain de la Défense compte actuellement plus de 271.000 cas de Covid-19 parmi son personnel. 3.814 d’entre eux sont actuellement hospitalisés et 332 ont perdu la vie, dont 24 militaires.

Sur le même sujet: