L’armée américaine se met au vert avec un premier panneau solaire flottant

Après avoir envoyé un panneau solaire dans l’espace, l’armée américaine revoit – d’une certaine façon – ses ambitions à la baisse. Un mal pour un bien puisque le nouveau projet d’énergie verte de l’US Army consiste à déployer des panneaux solaires sur des étendues d’eau. De quoi garder les pieds sur Terre.

Le « voltaïque flottant » a reçu un sacré coup de projecteur grâce à l’armée américaine. Le département américain de la Défense a en effet dévoilé sa nouvelle centrale solaire flottante constituée de panneaux solaires disposés sur un plan d’eau. Une première pour l’armée américaine qui affirme que son objectif est de stimuler l’énergie propre, de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de fournir une source d’énergie de secours en cas de panne de courant au centre de formation voisin.

Les panneaux solaires flottants seront en mesure de générer près d’un mégawatt d’électricité, de quoi alimenter environ 190 foyers.

Le développement du floatovoltaïque

L’installation de l’armée américaine, la plus grande du sud-est des États-Unis, est une excellente chose pour le floatovoltaïque – ou voltaïque flottant. Cela offre en effet de la visibilité à un concept qui est encore très peu connu outre Atlantique. Les panneaux solaires flottants ne représentent que 2% des installations solaires annuelles dans le pays, selon Duke Energy.

L’une des raisons à cela réside très certainement dans le coût de ces installations, plus élevé que celui de leurs homologues terrestres. De manière générale, les panneaux solaires représentent un important investissement, les alternatives plus onéreuses sont donc laissées de côté. D’autant plus que dans ce cas-ci, le floatovoltaïque implique forcément un point d’eau.

Le concept connait un plus grand succès ailleurs, notamment au Japon, où les terres disponibles pour construire des parcs photovoltaïques manquent, contrairement aux étendues d’eau.

De nombreux avantages

Mais le voltaïque flottant présente pourtant de nombreux avantages uniques. Placés sur l’eau, les panneaux solaires souffrent moins des températures élevées qui peuvent rendre difficile la production d’énergie à partir d’une même quantité de soleil, grâce à l’effet de refroidissement de l’eau. En d’autres termes, les panneaux sur l’eau peuvent générer plus d’électricité que ceux sur terre. Sur le long terme, les coûts d’installation plus élevés sont donc compensés.

C’est également une réponse à l’exploitation des terres puisque les panneaux flottants sont placés sur l’eau. Le développement de parcs photovoltaïques a parfois créé des tensions, notamment avec les agriculteurs qui souhaitent eux aussi exploiter les terres, rapporte The Verge.

Autre point positif du floatvoltaïque : il réduit l’évaporation des points d’eau. Un avantage non négligeable pour les zones sèches où les niveaux d’eau baissent rapidement en raison des températures élevées.

Couvrir seulement 10% des réservoirs hydroélectriques du monde avec des panneaux solaires flottants permettrait de générer autant d’électricité que toutes les centrales électriques à combustibles fossiles actuellement en activité dans le monde, selon une récente étude.

Un soutien pour réduire les émissions de CO2

Le fait que l’armée américaine souhaite se mettre au vert est une très bonne chose puisque le département américain de la Défense est l’un des plus gros pollueurs de la planète. Il émet chaque année plus de gaz à effet de serre que 140 pays.

Mais l’urgence du réchauffement climatique fait (un peu) bouger les choses. Début d’année, l’armée américaine a publié sa propre « stratégie climatique » pour atteindre le zéro émission nette d’ici le milieu du siècle, à commencer par le floatvoltaïque.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20