L’Allemagne va emprunter plus de 200 milliards d’euros en 2020

Angela Merkel. – Isopix

L’Allemagne prévoit d’emprunter cette année 218,5 milliards d’euros, soit 62,5 milliards de plus que prévu, pour combattre les effets de la crise du coronavirus, qui a déjà entrainé la suspension des restrictions constitutionnelles à l’endettement, ont indiqué des sources gouvernementales lundi. Au total, l’Etat allemand devrait dépenser 509,3 milliards d’euros cette année.

Jusque là, Berlin prévoyait 156 milliards d’euros de nouveaux emprunts pour financer les programmes conjoncturels sans précédent destinés à limiter les effets de la pandémie sur l’économie du pays. Mais un nouveau plan de relance et la baisse des revenus fiscaux ont créé un nouveau besoin de financement.

La dette supplémentaire s’inscrit dans une « politique financière destinée à surmonter la crise », explique une source au ministère des Finances alors que Berlin s’attend à une récession historique de 6,3% en 2020. Après un premier programme d’urgence de plus de 1.000 milliards d’euros pour notamment soutenir les entreprises avec des subventions et prêts garantis, le gouvernement allemand a annoncé début juin des mesures à hauteur de 130 milliards d’euros sur deux ans pour stimuler l’économie.

Ce plan a pour ambition non seulement de soutenir l’offre, à travers la réduction de la taxe sur la valeur ajoutée ou de nouvelles aides aux entreprises en difficulté, mais également la demande par des subventions aux familles ou encore une augmentation de la prime d’achat pour les voitures électriques.

Limite constitutionnelle

Par ailleurs, la pandémie devrait amputer en 2020 les recettes fiscales allemandes de près de 100 milliards d’euros, et peser sur les caisses publiques au moins jusqu’en 2024. Au total, l’Etat allemand devrait dépenser 509,3 milliards d’euros cette année et le taux d’endettement atteindre 77% du Produit Intérieur Brut (PIB).

La nouvelle dette levée dépasse ainsi de 118,7 milliards la limite constitutionnelle. En vigueur depuis 2011, la règle constitutionnelle du « Schuldenbremse » (« frein à l’endettement ») n’autorise en principe qu’un déficit pouvant aller jusqu’à 0,35% du PIB. Ce seuil peut néanmoins être dépassé en cas de circonstances exceptionnelles, par exemple une crise économique ou une catastrophe naturelle, ce qui avait été fait en mars par un vote du Bundestag.

En plus de ce texte, la règle budgétaire du « zéro déficit », pur engagement politique d’un budget à l’équilibre, fixait le cap financier allemand depuis des années.