La ville de Cannes, née grâce à une pandémie, est aujourd’hui menacée par une autre

Le confinement a vidé la Croisette de ses touristes (Isopix)

La ville de Cannes, connue pour ses plages de sable fin et son festival, est devenue célèbre dans le sillage d’une épidémie de peste. Mais aujourd’hui, c’est une autre épidémie, celle du covid-19, qui pourrait mettre fin à son succès qui dure depuis plus de 200 ans.

En 1834, un noble anglais tente d’échapper à l’épidémie de peste noire qui sévit dans son pays. En voulant rejoindre l’Italie, il découvre les paysages de Cannes et y voit là un grand potentiel. Il finit par s’y installer et invite toute l’aristocratie anglaise et européenne à investir dans les lieux. Et c’est ainsi que Cannes devint un lieu de villégiature pour les grands de ce monde. Aujourd’hui encore, sa réputation dépasse les frontières de la France.

Mais ce lundi 25 mai, le maire de Cannes, David Lisnard, a déclaré sur la chaîne française BFM Business qu’il s’attendait à une véritable catastrophe. ‘On a des classes moyennes qui vont basculer dans la précarité et des pauvres qui vont basculer dans la très grande pauvreté.’

L’importance du tourisme

Cannes est considérée par le monde entier comme l’une des parties les plus chics de la côte d’Azur. Avec le deuxième plus grand nombre de chambres d’hôtel de France et plus de 800 restaurants, la ville est un lieu de villégiature pour de nombreux bateaux de croisière. Pas moins de 25% des habitants de Cannes travaillent dans le secteur du tourisme. Bien au-dessus de la moyenne nationale qui est de 7,5%.

La crise du coronavirus a donc infligé d’importants dégâts à la ville. En deux mois, ce sont 500 millions d’euros de revenus qui sont partis en fumée. Le salon des professionnels de l’immobilier MIPIM, celui de la publicité, Cannes Lions et le Festival de Cannes ont été annulés cette année. Et il ne s’agit là que de trois des dizaines de grands rassemblements organisés dans la ville. Si le tourisme peut reprendre à la mi-juillet, la côte d’Azur aura perdu environ 1,2 milliard d’euros.

Pour Lisnard, il est tout à fait compréhensible que la majorité des touristes étrangers ne viennent pas en France cet été. En conséquence, il appelle les Français à prendre leurs vacances dans leur propre pays.

Actuellement, l’offre et la demande ont totalement disparu. ‘C’est à nous de recommencer. A condition, bien entendu, que toutes les réglementations sanitaires soient respectées’, explique le maire de Cannes. La ville a d’ailleurs établi un plan pour chaque futur scénario possible. Un plan de relance propose par exemple que tous les touristes logeant dans un hôtel de Cannes se voient offrir une nuit sur quatre.