La procureure de New York demande la dissolution de la NRA, le puissant lobby des armes à feu

Waine LaPierre, CEO de la NRA

La procureure générale de l’État de New York demande la dissolution du très puissant lobby américain des armes à feu, la National Rifle Association (NRA). Après une enquête de 18 mois, l’avocat a conclu que la NRA était ‘une organisation basée sur la fraude et les abus’.

Selon la procureur générale Letitia James, de hauts responsables du lobby américain des armes à feu ont pillé l’organisation au cours des trois dernières années. Elle exige que quatre hauts dirigeants rendent tout l’argent qu’ils ont gagné à la NRA. Après quoi, l’organisation doit être dissoute.

Selon James, la NRA – qui a le statut d’organisme de bienfaisance aux États-Unis – avait 28 millions de dollars il y a trois ans sur ses comptes. Depuis, l’eau a coulé sous les ponts, voire autre chose: l’organisation fait face à un déficit de 36 millions de dollars.

Pendant des années, quatre hauts dirigeants ont utilisé l’organisation comme leur chéquier personnel, a déclaré l’avocat lors d’une conférence de presse. Ils se sont enrichis et ont détourné de l’argent vers d’anciens employés. Le dirigeant Wayne LaPierre, 70 ans, se serait ainsi versé un régime de retraite à 17 millions de dollars. Sans que le conseil d’administration ait son mot à dire là-dessus, apparemment. L’argent est également allé à la famille, aux voyages d’agrément et à un style de vie extravagant. L’État de New York demande que les quatre hauts dirigeants visé remboursent l’argent dans son entièreté.

Qu’est-ce que la National Rifle Association?

Aux États-Unis, la National Rifle Association (NRA) s’est constamment présentée ces dernières années comme un ardent défenseur du droit constitutionnel à l’armement. L’organisation est l’un des plus fervents opposants à toute restriction du deuxième amendement de la Constitution américaine. Celui-ci garantit le droit de posséder et de porter des armes. La NRA compte plus de quatre millions de membres, qui sont particulièrement militants.

Les critiques qualifient principalement l’organisation de filiale des fabricants d’armes américains. La National Rifle Association reçoit des dons de vingt-deux fabricants d’armes, dont Smith & Wesson et Beretta. Chez certains fabricants, l’organisation reçoit le montant de 1 dollar sur chaque vente d’armes réalisée.

La NRA est très proche du Parti républicain de Donald Trump. Mais James, une démocrate, dit que le lien entre Trump et l’organisation ne doit pas influencer cette affaire. ‘Personne n’est au-dessus de la loi’, a déclaré James.

La procureur générale Letitia James

‘La NRA a acquis une telle influence que pendant des décennies elle a fait tout ce qu’elle voulait, mettant des millions dans les poches de aux hauts dirigeants.’

En réponse, et dans son style, le président Trump a déclaré que le procès était ‘une chose terrible’ et que la NRA devrait penser à déménager au Texas ou dans un autre État.

L’État de New York a également dissous la Trump Foundation

Letitia James a également achevé l’enquête sur la Trump Foundation qui date de 2018. Selon le procureur général de l’époque, Underwood, il y avait là aussi un schéma d’activités totalement illégales: ‘La Trump Foundation a servi avant tout comme un chéquier personnel pour financer les affaires et les intérêts politiques de Trump.’ La Trump Foundation a ensuite signé un accord acceptant d’être dissoute sous contrôle judiciaire.

Selon l’avocat général, le président et ses trois enfants, qui ont tous siégé au conseil d’administration, ont utilisé à plusieurs reprises des dons de tiers à des fins d’enrichissement personnel, à des fins politiques et commerciales, y compris le paiement d’accords judiciaires, le paiement de contributions de campagne et même pour payer un portrait de Donald Trump, qui est désormais accroché dans l’un de ses hôtels. Trump a qualifié le procès ‘d’acte de vengeance à motivation politique’.

Poursuite de la polarisation des États-Unis

L’affaire place les États-Unis sur la voie d’une polarisation accrue. Les conservateurs considèrent la NRA comme le dernier héraut de la défense du deuxième amendement. L’Amérique progressiste considère elle la NRA comme la principale cause de la violence armée ininterrompue dans le pays.

La NRA, quant à elle, a lancé sa propre action en justice contre l’État de New York pour diffamation. L’organisation ne dit toutefois rien sur les charges retenues contre les accusés. Des enquêtes antérieures du Wall Street Journal ont également révélé une série d’irrégularités comptables à la NRA.