La nationalisation d’Air France à nouveau évoquée

Isopix

L’arrêté relatif à la suspension temporaire de l’exploitation de l’aéroport de Paris-Orly à compter de mardi a été signé par le secrétaire d’Etat chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, et publié dimanche au Journal officiel.

M. Djebbari, interrogé sur Radio J, n’a en outre pas exclu la possibilité de nationaliser la compagnie aérienne Air France-KLM, dont l’Etat est actionnaire à hauteur de 14%, une fois la crise liée au coronavirus passée.

« C’est une hypothèse parmi d’autres que nous n’écartons pas. Dans des moments de crise, il faut disposer de tous les moyens, de tous les outils d’intervention publique, y compris celle-là. Nous ne l’écartons pas a priori », a affirmé M. Djebbari dimanche.

Déjà évoqué

Le 17 mars, le Premier ministre français Edouard Philippe n’avait déjà pas exclu des nationalisations pour faire face à la crise du coronavirus, assurant que pour Air France l’Etat était prêt à « prendre ses responsabilités en tant qu’actionnaire ».

Par ailleurs, dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire relatif à l’épidémie du Covid-19, « Aéroports de Paris est autorisé à suspendre temporairement l’exploitation commerciale de l’aéroport de Paris-Orly à compter du 31 mars 2020 à partir de 23h30 », précise un communiqué du ministère de la Transition écologique et solidaire. « Durant cette période, l’aéroport de Paris-Orly demeurera accessible en permanence aux aéronefs d’État et aux vols de secours médical d’urgence ou d’évacuation sanitaire », souligne le texte.

« Cette disposition vaut également pour tout vol de transport de passagers ou de fret nécessaire à la gestion de la crise sanitaire », ajoute le communiqué.

Le trafic aérien s’écroule

Mercredi dernier, Aéroports de Paris, qui gère l’aéroport d’Orly, avait annoncé qu’il allait temporairement arrêter son activité à compter du 31 mars, victime d’un effondrement de plus de 90% du trafic aérien sous l’effet des fermetures de frontières liées à la propagation du coronavirus.

ADP a également fermé la plupart des aéroports d’aviation générale qu’il gère en province.

Les quatre compagnies (sur plus d’une centaine auparavant) qui continuent actuellement à assurer des vols depuis Orly transfèreront leurs activités sur Paris-Charles-de-Gaulle, l’aéroport du nord de la capitale, à partir du 1er avril.

Aucune date n’a été avancée pour la réouverture de l’aéroport d’Orly.