La marine russe a déployé des dauphins apprivoisés en mer Noire

La flotte russe de mer Noire a beau être puissante, elle ne se trouve pas dans la meilleure des situations. La perte de son navire-amiral, le Moskva, a démontré que les Ukrainiens étaient parfaitement capables de lui infliger de lourdes pertes. Et la Turquie, qui contrôle les détroits du Bosphore et des Dardanelles, peut en empêcher le passage aux navires de guerre des deux camps en cas de conflit, en vertu de la Convention de de Montreux de 1936. Dans ce contexte, le dernier mouvement parait assez inattendu : la Russie semble déployer des dauphins apprivoisés.

Selon les observations des renseignements américains, les Russes ont installé deux enclos aquatiques, du genre utilisé habituellement pour détenir des mammifères marins, dans leur base navale de Sébastopol, sur la péninsule de Crimée, rapporte The Guardian.

Des dauphins de garde au large de la Crimée

La base navale de Sébastopol est cruciale pour l’armée russe, car elle se trouve à la pointe sud de la Crimée dont Moscou s’est emparée en 2014. Selon l’analyse de l’Institut naval des Etats-Unis (USNI), qui a pris ces images par satellite, de nombreux navires russes qui y sont ancrés, et bien qu’ils soient hors de portée des missiles, ils sont potentiellement vulnérables aux attaques sous-marines.

C’est là qu’interviennent les dauphins : selon des expériences menées par les deux blocs durant la guerre froide, ceux-ci sont capables de mener de véritables missions de surveillance sous la surface, une fois dressés. En outre, ces animaux peuvent être conditionnés pour attaquer les plongeurs, être équipés de harnais portant une caméra, voire de harceler des navires, s’attaquant aux cordages à portée, selon une analyse précédente publiée par l’institut américain.

Relents de guerre froide

Ce n’est pas la première fois que des mammifères marins sont utilisés à des fins militaires : les États-Unis et l’Union soviétique ont développé tous les deux l’utilisation de dauphins, dont les capacités d’écholocation peuvent leur permettre de détecter des objets sous-marins tels que des mines. Les Américains ont dépensé au moins 28 millions de dollars pour dresser des dauphins et des otaries.

En Russie, visiblement, ce programme existe encore, même si l’Ukraine a aussi un rôle à jouer dans l’affaire. Toujours selon le quotidien britannique, c’est Kiev qui avait ressuscité dès 2012 un programme de ce genre en mer Noire, mais les infrastructures sont tombées aux mains des Russes durant l’annexion de la Crimée en 2014. L’Ukraine a exigé sans succès le retour des animaux, et RIA Novosti a rapporté que Moscou prévoyait d’étendre ce dispositif.

« Nos spécialistes ont mis au point de nouveaux dispositifs qui convertissent la détection de cibles par les sonars sous-marins des dauphins en un signal destiné au moniteur de l’opérateur. La marine ukrainienne ne disposait pas des fonds nécessaires à l’acquisition d’un tel savoir-faire, et certains projets ont dû être mis en veilleuse » a déclaré une source à l’agence de presse russe.

Dauphins et bélougas

Deux ans plus tard, la marine russe a annoncé qu’elle prévoyait d’acheter cinq autres dauphins, en lançant un appel d’offres pour un contrat de 1,75 million de roubles – environ 21.000 dollars – afin de livrer des dauphins à la base de Sébastopol. Il n’est pas clair si les dauphins que l’on croit être à Sébastopol aujourd’hui sont les mêmes que ceux qui sont issus de ce contrat.

Il est d’ailleurs probable que les Russes poursuivent ce genre de militarisation animale dans d’autres eaux que celles de la mer Noire. En 2019, un béluga a été repéré au large de la Norvège portant d’étranges harnais, qui pouvaient contenir des caméras. Il passait son temps à rechercher la compagnie humaine, tout en tirant sur des sangles et des cordes pendant depuis les bateaux. On pense qu’il s’est échappé d’un programme militaire russe, sans preuve formelle.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20