La différence entre un pilote et un copilote et autres malentendus

Sur NYC Aviation, Jeff Choi, un pilote de ligne de presque dix ans d’expérience, explique qu’il existe un certain nombre de malentendus tenaces dans le grand public en ce qui concerne les fonctions d’un copilote dont on estime que le travail est moins important que celui d’un pilote . Quelle est la différence entre un pilote et un copilote? Aucune, explique Choi.

Récemment, la récupération des boîtes noires de l’avion d’Air Asia qui s’est écrasé et les informations qu’elles contenaient perpétuent la croyance selon laquelle le copilote ne prend les commandes de l’appareil que lorsque le pilote s’absente pour par exemple se rendre aux toilettes. En ce concerne cette tragédie, les médias ont déclaré savoir ce qui était la cause du crash de l’avion : le copilote pilotait l’appareil quelques instants avant les minutes fatales.

« On imagine que le copilote est un stagiaire en train de s’occuper de chiffres qui n’a pas l’expérience du pilote », explique Jeff Choi. Ce dernier a souhaité apporter quelques précisions sur les rôles du pilote et du copilote.

La différence entre un pilote commercial et un pilote privé par exemple. Un pilote commercial possède une licence qui lui permet de voler contre une rémunération, alors que le pilote privé n’a pas cette autorisation. Il s’agit donc d’une différence entre amateur et professionnel : le pilote privé est un amateur et le pilote commercial est un professionnel. .

Afin de devenir pilote de ligne, en plus d’une licence professionnelle, il est nécessaire d’avoir également une licence de pilote de ligne (ATP). Pour celle-ci, il faut avoir une expérience de vol totalisant les 1.500 heures. En outre, le pilote de ligne doit pouvoir présenter une licence spécifique pour chaque type  d’avion de plus de 5 tonnes. Les différences entre les divers types et marques d’avions sont en effet assez grandes.

Pour obtenir cette attestation, la plupart des pilotes vont devoir s’entraîner durant deux semaines dans un simulateur de vol au sol. Le pilote devra également démontrer posséder une connaissance pratique des systèmes et des fonctionnalités de l’avion. Il devra également être capable de voler malgré divers dysfonctionnements de l’appareil et dans des conditions météorologiques défavorables. Un contrôle de ces compétences a lieu tous les six mois.

La différence entre copilotes et pilotes

Il n’y a pas de différences entre un pilote et un copilote, précise Jeff Choi. Premièrement, il faut se débarrasser de cette nomenclature car ils sont tous les deux des pilotes, explique le pilote. « Dans le cockpit, nous avons un capitaine et un premier officier. Ces deux pilotes ont leur licence ATP et disposent des qualifications requises pour diriger l’aéronef. Tous deux s’occupent d’une moitié du vol. Par exemple, si ce jumelage les amène à travailler ensemble pour 4 vols, le capitaine sera aux commandes pour deux vols et le copilote ne commandera pas l’avion pendant deux vols également ».

S’ils ne collaborent que pour un vol, ils se passeront le pilotage à mi-chemin. La principale distinction entre les rôles du capitaine et du premier officier se situe dans le fait que le premier est responsable du vol et possède l’autorité. Dans les compagnies aériennes, les premiers officiers obtiennent la fonction de capitaine sur base de la date de leur recrutement et sur base de leur ancienneté. Cela signifie ainsi que le capitaine qui changera de compagnie devra recommencer au sein d’une autre en tant que premier officier jusqu’au moment où il obtient assez d’ancienneté pour redevenir capitaine.

Enfin, lorsque le premier officier est aux commandes par exemple dans une situation de crise, le capitaine peut élargir son champ d’action afin de prêter attention à toutes les données disponibles : celles du premier officier, du personnel de cabine et de la tour de contrôle.

 

 

 

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20