La Belgique économique à la conquête de la Chine, sans états d’âme

Certaines voix se font entendre pour critiquer la pertinence d’une mission économique princière en Chine, alors que la tension ne fait qu’augmenter à Hong Kong. Celles de Willy Borsus et Jan Jambon n’en font pas partie.

D’un point de vue diplomatique, la Belgique s’inscrit dans la ligne européenne. Elle appelle au dialogue, à la concertation et la retenue et insiste sur le statut de Hong Kong.

‘La voie opportune’, pour apaiser la situation, ‘c’est la voie politique et diplomatique’, le multilatéralisme, que ce soit avec la Chine ou d’autres pays, estime le vice-président wallon Willy Borsus, dont les propos ont été rapportés par Belga.

Les entrepreneurs ‘n’ont pas à culpabiliser

Pour lui, c’est clair: les entrepreneurs n’ont pas à porter le poids des problèmes du monde sur leurs épaules.

Les entrepreneurs présents en Chine ‘n’ont pas à culpabiliser’, insiste-t-il.

Le ministre-président flamand Jan Jambon a, en substance, tenu le même discours, même s’il affirme avoir mis la question des droits humains à l’agenda lors de ses rencontres politiques avec les autorités chinoises.

‘Des opportunités sans fin’

Il estime que la Flandre doit être consciente de son rang. ‘Pour pouvoir réellement faire une différence, il faut s’en remettre à l’Europe’, a expliqué M. Jambon.

Pour lui, une annulation de la mission en raison de la situation à Hong Kong n’aurait eu aucun impact pour la population locale. Et cela n’aurait pas non plus impressionné les autorités chinoises.

Par contre, pour les entreprises, cette mission peut réellement faire une différence. ‘C’est ici que cela se passe, le pays offre des opportunités sans fin.’

Que la mission soit emmenée par une représentante de la famille royale, en l’occurrence la princesse Astrid, est également un plus, reconnaît-il. ‘Dans certaines cultures, dont la chinoise, une telle présence ouvre des portes.’

Plus étonnant, le nationaliste affirme qu’en Chine, ni la Flandre ni la Belgique ne sont réellement des marques connues, mais que c’est bien Bruxelles qui attire l’attention.

Philippe De Backer à Hong Kong

Vendredi, le ministre fédéral Philippe De Backer (Open Vld) se rendra en compagnie d’entreprises à Hong Kong dans le cadre de la mission. L’objectif est principalement d’y tenir des discussions avec des fonds d’investissement, mais un entretien avec la cheffe de l’exécutif hongkongais, Carrie Lam, figure aussi à son programme.

‘Etant donné la situation actuelle, je répèterai le message de la haute représentante de l’UE, Federica Mogherini’, qui avait insisté sur le fait que l’Europe s’attend à ce que le droit à la liberté de réunion, d’expression et de parole soit respecté à Hong Kong, a précisé le libéral flamand.

Lire aussi: Républicains et Démocrates d’accord pour soutenir les manifestants de Hong Kong

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20