Kim Jong-un ‘en danger grave’ ?

Kim Jong Un, en mars 2020. Isopix

Selon le média en ligne Daily NK, le leader nord-coréen Kim Jong-un aurait récemment subi une lourde opération chirurgicale et serait ‘en danger grave’. Une information remise en doute par la Corée du Sud et la Chine. Une chose semble acquise: le dictateur n’a pas été vu lors d’une importante célébration mercredi dernier.

En effet, le 15 avril dernier marquait le 108e anniversaire de la naissance du fondateur du régime nord-coréen, Kim Il-sung, le grand-père de Kim Jong-un. Un événement hautement symbolique sur le plan politique auquel le leader actuel ne semble pas avoir participé. Il n’apparaît sur aucune des photos diffusées par la presse officielle.

Daily NK, qui est en partie géré par des Nord-Coréens qui ont fait défection, a affirmé que cette absence de Kim Jong-un était due à une opération cardiovasculaire effectuée le 12 avril. Selon le média, le dictateur serait ‘en danger grave’ suite à la procédure médicale et serait toujours en convalescence dans la province du Phyongan du Nord.

‘En danger grave’?

‘La raison du traitement cardio-vasculaire urgent qu’a subi Kim était son tabagisme excessif, son obésité et sa fatigue’, affirme Daily NK, sur base d’une source nord-coréenne non identifiée, et relayé par l’AFP.

Des affirmations dont la crédibilité est cependant remise en doute par la Corée du Sud. ‘Nous n’avons rien à confirmer et aucun mouvement particulier n’a été détecté en Corée du Nord’, a par ailleurs fait savoir un porte-parole de la présidence sud-coréenne via un communiqué.

Même son de cloche en Chine où un responsable du département des liaisons internationales du Parti communiste, qui s’occupe de la Corée du Nord, a déclaré à Reuters que la source ne pensait pas Kim Jong-un gravement malade.

De leur côté, les États-Unis ‘étudient les informations’ disant Kim Jong-un ‘en danger grave après une opération chirurgicale’, selon un responsable américain cité par CNN.