Groen propose le « modèle italien » de taxation des surprofits, le CD&V fait volte-face et dit « non », Mahdi s’en prend violemment à Van der Straeten : « Les gens n’ont rien à gagner d’une politique d’annonce »

La pièce maîtresse de Groen au sein de la Vivaldi, une taxe sur les bénéfices excédentaires des producteurs d’énergie, ne viendra pas, semble-t-il. En effet, alors que la ministre de l’Énergie, Tinne Van der Straeten (Groen), a annoncé les détails de sa « taxe sur les surprofits » au sein de la commission de l’énergie de la Chambre, faisant référence à une taxe similaire en Italie, le CD&V a rejeté cette même proposition. « Juridiquement irréalisable », tel est l’avis du vice-premier ministre et ministre des Finances, Vincent Van Peteghem (CD&V). Le président de parti, Sammy Mahdi (CD&V), qui souhaite relancer son parti, a tiré à boulets rouges : « Les gens n’ont rien à gagner d’une telle politique d’effet d’annonce. » Soudainement, le CD&V veut revenir aux « prélèvements nucléaires existants », ce qui est un virage ferme : sous Joachim Coens (CD&V), les chrétiens-démocrates se sont positionnés en faveur d’une taxe sur ces « superprofits » d’Engie et Cie. Hier, dans l’hémicycle, le chef de groupe, Servais Verherstraeten (CD&V), avait encore suivi l’ancienne ligne CD&V. Les membres du parti de Groen s’insurgent : « Il est inapproprié pour Mahdi de saboter immédiatement les propositions. Les gens veulent des solutions », répond Jeremie Vaneeckhout, président de Groen.

Dans l’actualité : « Les gens s’attendent à ce que leurs factures d’énergie élevées soient traitées de manière sérieuse et n’ont rien à gagner d’une telle politique d’annonce », déclare Sammy Mahdi à la VRT.

La réaction : « Nous allons certainement mettre cette question sur la table du gouvernement. Alors que les gens ont du mal à payer leurs factures d’énergie, allons-nous permettre aux producteurs d’énergie de réaliser d’énormes superprofits ? Non, » dit Vaneeckhout.

  • « Je partage l’ambition du ministre de rendre à l’État une partie des bénéfices exceptionnels issus de circonstances exceptionnelles ». Citation du groupe CD&V, hier dans l’hémicycle. Servais Verherstraeten, le chef de groupe, a pleinement soutenu Tinne Van der Straeten lors de la commission de l’énergie.
  • « Je suis d’accord avec la ministre pour dire que cela doit se faire sur la base de chiffres et d’analyses. Je suis également d’accord avec elle pour dire que cette taxe doit être robuste », a poursuivi M. Verherstraeten. Et il a conclu par les mots suivants : « Je vous souhaite beaucoup de succès dans les semaines et les mois à venir. Je ne dis pas cela de manière cynique, car je pense que la tâche dont vous êtes chargées par le gouvernement n’est pas évidente. »
  • Rétrospectivement, la situation semble complètement rocambolesque, note Groen ce matin. Parce qu’ils se sont demandés « ce que le CD&V pense vraiment de tout cela », s’ils rejettent déjà la taxe sur les superprofits des entreprises énergétiques.
  • Le fait est que Verherstraeten n’était manifestement pas encore tout à fait d’accord avec la nouvelle ligne du parti, hier matin. Mme Van der Straeten a donné plus de détails sur sa proposition au sein de la commission de l’énergie. Elle veut une taxe supplémentaire, basée sur ce qui a été mis en place en Italie, a-t-elle déclaré aux députés.
    • Il s’agit d’une taxe spéciale de 25 % sur l’augmentation de la marge brute de chaque producteur d’énergie, pendant un an, à savoir 2021.
    • Cette augmentation du bénéfice doit être supérieure à 10 % sur un trimestre et atteindre au moins 100.000 euros.
    • Elle s’applique à toute technologie, y compris l’éolien ou le solaire, et à toutes les entreprises d’électricité et de gaz naturel connues des quatre régulateurs, ainsi qu’aux négociants pétroliers enregistrés.
  • Alors que le CD&V lançait encore des fleurs à la Chambre, un peu plus tard dans la journée, le président du parti, Sammy Mahdi, a provoqué un rebondissement majeur dans le dossier. Ce faisant, le nouveau président de CD&V a mis les pieds dans le plat, sur un sujet qui peut être considéré comme le cœur de métier de Groen.
  • Et pour mémoire : ces derniers mois, sous la présidence de Joachim Coens, le CD&V a pourtant insisté avec véhémence sur ces taxes dites des surprofits, une taxe supplémentaire sur les bénéfices exceptionnels des grands producteurs d’énergie, et notamment d’Engie, l’exploitant des centrales nucléaires.
  • Car Engie a présenté pas moins d’un milliard de bénéfices en 2021, et des chiffres encore meilleurs cette année, ce qui était inacceptable pour Coens. Le message du CD&V à l’époque était le suivant : « Nous devons vraiment aller chercher l’argent là où il se trouve dans cette crise énergétique, c’est-à-dire chez les producteurs, qui vont repartir avec des sommes gigantesques. »
  • Seulement, cette orientation plus à gauche, guidée par l’intuition de Coens sur l’indignation des gens, semble avoir changé sous Mahdi pour une approche plus rigide, plus technique. « Les gens s’attendent à ce que leurs factures énergétiques élevées soient traitées de manière sérieuse et n’ont rien à gagner d’une telle politique d’annonce », a-t-il férocement répondu à Van der Straeten un peu plus tard.

En substance : il y a quelques objections juridiques et techniques, et Vincent Van Peteghem (CD&V) s’en préoccupe depuis un certain temps.

  • Au cours des derniers mois, Van der Straeten a répété ad nauseam à la Chambre qu’une telle taxe sur les bénéfices excédentaires serait introduite, allant jusqu’à faire des promesses solennelles dans l’hémicycle, afin d’étouffer les critiques de l’opposition. Seulement : elle ne voulait pas prendre de risques. Le mantra selon lequel ses « décisions fondées sur du rationnel » est souvent avancé par la ministre, qui veut se montrer comme une « bonne administratrice ».
  • Elle est donc allée demander beaucoup de conseils à ce sujet. Entre autres à la CREG, le gendarme de l’énergie, mais aussi à la Banque nationale (BNB).
  • Le fait que le cabinet de Van der Straeten ait ensuite présenté le rapport de la BNB de manière à dérouler le tapis rouge pour une telle taxe sur les bénéfices excessifs, l’histoire étant également facilement vendue dans les médias, a provoqué une certaine animosité avec le cabinet Van Peteghem. « La Banque nationale confirme que l’imposition des bénéfices excédentaires dans le secteur de l’énergie est judicieuse et opportune », a déclaré Van der Straeten.
  • La vérité était un peu plus nuancée : le rapport était accompagné d’une lettre d’accompagnement très claire dans laquelle la Banque nationale déclarait qu’elle n’était « ni compétente ni experte » pour donner un avis sur le fond. De nombreuses réserves émises dans le rapport ont été habilement balayées dans l’explication qui s’est répandue dans presque tous les médias, à l’exception de De Tijd.
  • Hier, Van Peteghem s’est donc emporté contre la proposition de Van der Straeten. La nouvelle taxe sur les bénéfices excédentaires fonctionnerait sur la base du « modèle italien », mais ce n’est pas fiscalement faisable, a confirmé le cabinet du ministre des Finances. Le gouvernement ne pourra pas le faire, ont-ils dit, en s’appuyant sur les avis du Conseil d’État, de la Banque nationale et du SPF Finances lui-même, qui étaient tous sans ambiguïté : il ne sera pas possible de s’attaquer aux bénéfices excessifs dans un secteur particulier.
  • En effet, le principe d’égalité devient alors un argument, et le secteur de l’énergie peut très rapidement saisir la Cour constitutionnelle : pourquoi une « taxe sur les superprofits » pour eux et pas pour les autres ? Le principe « non bis in idem » entre également en jeu : vous ne pouvez pas être taxé deux fois pour la même chose. Cela aussi pourrait rapidement conduire à des poursuites judiciaires contre l’État.
  • Aucun de ces arguments n’est nouveau. La vérité est qu’à l’époque, Coens, en tant que président, faisait parfois peu de cas des commentaires techniques des cabinets, même s’ils venaient de son propre CD&V, lorsqu’il était politiquement convaincu par un dossier. Mahdi fait les choses différemment.
  • Les Verts sont catégoriques : le dossier reviendra de toute façon, lors des discussions budgétaires de l’automne. Et le PS et le parti Vooruit veulent également continuer à suivre la question de près. Les socialistes flamands ont déjà proposé une taxe générale sur les surprofits, c’est-à-dire pour toutes les entreprises qui ont réalisé des bénéfices exceptionnels en temps de crise. Cette proposition a ensuite été rejetée par les partenaires de la coalition, mais elle pourrait revenir dans les discussions en septembre et octobre.
  • La question est de savoir si des progrès peuvent être réalisés entre-temps grâce à un accord avec Engie. Van der Straeten et le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld) sont toujours occupés à négocier avec le géant français de l’énergie pour prolonger la durée de vie de ses réacteurs nucléaires. Van der Straeten a promis de présenter un résultat avant le 21 juillet. Et ces discussions incluent naturellement toutes les discussions sur une pression fiscale supplémentaire sur Engie.
  • Hier, dans l’hémicycle, Mme Van der Straeten n’a pas répété le délai qu’elle s’était imposé. « Je veux conclure les négociations avec Engie le plus rapidement possible, mais pas à n’importe quel prix », y a-t-elle déclaré. Tout le monde retient son souffle pour savoir si le duo parviendra à conclure l’affaire, et bien sûr, à quelles conditions.

À noter : Conner Rousseau (Vooruit) fait pression sur le dossier des pensions.

  • « Beaucoup de gens de ma génération ne croient pas qu’ils pourront encore compter sur une pension décente », a déclaré le président de Vooruit ce matin sur Radio 1. Il s’est attaqué durement à toute la discussion sur les retraites.
  • Hier soir, la septième grande réunion sur le sujet s’est terminée par le résultat attendu : aucun accord. Le gouvernement a jusqu’au 21 juillet, mais diverses sources estiment que cette échéance est vaine. Car l’affaire piétine, et la tension dans le dossier s’accroît entre les partenaires gouvernementaux. Il est clair que non seulement le CD&V et le MR veulent des réformes plus fondamentales, mais aussi que le Vooruit fait pression sur son parti frère, le PS, qui semble quelque peu isolé. Le Premier ministre De Croo n’arrive pas à mettre de l’ordre dans le dossier.
  • « Je pense que c’est complètement terminé, vraiment terminé », fulmine Rousseau à propos de l’absence d’accord. « Les gens ont du mal à payer leurs factures. Nous avons très bien protégé le pouvoir d’achat avec ce gouvernement. Mais nous devons aussi oser regarder ensemble vers l’avenir. Les personnes qui travaillent plus doivent être récompensées », a déclaré le président du Vooruit.
  • Il a également souligné qu' »il est un peu trop simple de rejeter la faute sur le seul PS », « même si c’est un fait que Vooruit et le PS pensent différemment sur certains points ». Mais Rousseau a souligné « l’expérience de notre expert Frank Vandenbroucke (Vooruit) », qui a fortement promu le bonus de pension. Il est aussi allé dans le sens du PS : « Il est juste que les personnes qui ont commencé à travailler à 18 ans et cotisé pendant 42 ans puissent ensuite prendre leur retraite complète à 60 ans. Et les femmes qui ont aidé leur famille ne doivent pas être punies par leur pension. »
  • Ce faisant, Rousseau a aussi fait le lien avec l’autre grand dossier du gouvernement, qui n’a pas le vent en poupe. « Nous devons préparer correctement la réforme fiscale, non ? Nous devons passer de la taxation du travail à la taxation du capital, et nous le demandons depuis longtemps. »
  • Sans oublier un dernier coup à l’encontre de ceux qui ne veulent pas réformer : « Je me demande ce que font certaines personnes au gouvernement quand tous les dossiers finissent au frigo. (…) Si ce gouvernement ne parvient pas à trouver des accords, le résultat en 2024 sera que seuls les extrêmes augmenteront. »

Et maintenant : Une nouvelle réunion n’est pas encore prévue.

  • Plusieurs sources confirment que la réunion d’hier au kern n’a pas été de tout repos. L’exaspération du Premier ministre, qui a dû constater dans la journée que sa note, mais aussi celle du PS, circulait partout dans les médias, était grande.
  • En début de la réunion, il s’en est immédiatement pris à sa collègue du PS, la ministre des Pensions Karine Lalieux. « Qui a organisé toutes ces fuites, à une échelle industrielle ? ». D’autres vice-premiers ministres ont soutenu le Premier ministre : nous ne pouvions pas travailler dans la sérénité et le sérieux nécessaire
  • Mais pour le PS, un facteur qui les met mal à l’aise est le fait que le Premier ministre semble leur retirer « leur dossier » et « leur portefeuille » des mains, en mettant en place toutes sortes de contacts bilatéraux.
  • Cela rend le cocktail entier trop toxique pour être bu pour le moment. Il n’y a donc rien à l’ordre du jour pour l’instant : la température doit baisser avant que la Vivaldi ne fasse une nouvelle tentative, lors de la réunion numéro huit donc.

Ajoutez à cela : Un rapport du Comité d’étude sur le vieillissement n’arrange évidemment pas l’ambiance autour de la table.

  • Du côté flamand, il y a certainement une pression pour conclure un accord, indépendamment du plaidoyer du président de Vooruit. L’opinion publique a de plus en plus le sentiment que « quelque chose de fondamental » doit être fait : une pression que le CD&V, l’Open Vld et Vooruit ressentent tous. Le dernier rapport du Comité d’étude sur le vieillissement vient mettre une pression supplémentaire sur leurs épaules.
  • Les projections montrent qu’au pic du vieillissement, en 2050, il y aura un coût supplémentaire de 27 milliards d’euros, soit environ 5,5 % du PIB. Les pensions, qui coûtent aujourd’hui 10,5 % du PIB, passeront à 13,5 %. Les soins de santé passeront de 7,8% aujourd’hui à 10,5%. Quelqu’un devra payer l’addition.
  • Johan Van Gompel, le président de la commission, a enfoncé une porte ouverte : davantage de personnes devront travailler pour que tout reste abordable. C’est donc encore le fameux taux d’emploi, qui doit passer à 80 %, qui est mis en avant. Et il ne suffit pas de faire travailler les chômeurs : il faudrait aussi travailler plus longtemps, comme en Scandinavie, en Allemagne et aux Pays-Bas, selon la Commission sur le vieillissement. C’est précisément la raison pour laquelle les réformes des pensions sont si importantes, a souligné hier M. Van Gompel.
  • La ministre PS Karine Lalieux était présente lors de la présentation du rapport. Elle maintient sa ligne selon laquelle ce ne sont pas les chiffres, « mais les personnes qui se cachent derrière », qui déterminent son parcours. Et elle a également déclaré à haute voix « qu’on ne va pas se contenter de griffonner un accord », mais « qu’on doit travailler avec sérieux ».
  • Dans le même temps, il y a eu quelques tirs aigus provenant de quartiers libéraux. La Secrétaire d’Etat au Budget Eva De Bleeker (Open Vld) s’est à nouveau fait entendre : « La durabilité du système doit être au centre de la réforme du système des pensions. Des réformes multiples et successives des pensions seront nécessaires pour en assurer la viabilité. »
  • Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, a lui aussi mis de l’huile sur le feu : « Le rapport du Comité d’étude sur le vieillissement illustre à quel point la situation est grave. Il faut des règles strictes de travail effectif. On doit être plus nombreux à travailler dans ce Pays si l’on veut préserver la sécurité sociale. »
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20