La gauche a de l’avenir, pas la droite

Le problème de l’immigration, qui a donné le vent en poupe aux populistes de droite ces dernières années, va bientôt disparaître. L’élimination en profondeur de la classe moyenne, sous l’impulsion de l’innovation technologique, et le problème du climat auront alors préséance. Cette classe moyenne demandera alors une protection. Et elle l’obtiendra de la gauche plutôt que de la droite.

C’est ce qu’écrit Wolfgang Munchau, spécialiste de l’Europe, dans un article d’opinion publié dans le Financial Times.

Le problème de l’immigration – la plate-forme électorale de la droite populiste – reste important, mais pas aussi important que cela a été le cas ces dernières années. Parce que les solutions à droite – la construction d’un mur aux États-Unis ou la nationalisation des politiques d’immigration dans l’UE – ne feront pas disparaître le problème. La droite aura bientôt de plus en plus de mal à remporter les élections avec ce thème.

3 problèmes annoncent le déplacement vers la gauche

Selon Münchau, l’importance de la politique d’immigration sera bientôt dépassée par trois autres questions :

Une fois que les électeurs de la classe moyenne commenceront à se sentir menacés, ils exigeront une protection. Ils sont plus susceptibles de la trouver du côté gauche du spectre politique que du côté droit.

Pourquoi ? Traditionnellement, la droite se soucie peu de la pauvreté et les partis de droite sont également remplis de négationnistes du climat, selon Munichau. Certains populistes de droite utilisent peut-être le langage du peuple ; mais c’est la gauche qui est la plus susceptible d’obtenir des résultats.

La rupture vers la gauche a déjà commencé

Ce mouvement a déjà commencé. Entre autres aux États-Unis, où Alexandria Ocasio-Cortez (photo ci-dessus), la nouvelle star de la gauche, a laissé sa marque sur le cirque politique en très peu de temps. Sur la vidéo ci-dessous, la jeune femme de 29 ans démolit en 5 minutes le système politique américain.

D’autres personnalités démocrates telles que Bernie Sanders, Kamala Harris et Elisabeth Warren ont également annoncé d’importantes augmentations d’impôts substantielles pour les super-riches en cas de victoire électorale. Sanders veut imposer une taxe de 77 % sur les 0,2 % les plus riches des États-Unis. Avec son impôt «Ultra Millionaire», Warren veut imposer une taxe annuelle de 2 % sur les personnes possédant plus de 50 millions de dollars et de 3 % sur les personnes disposant de plus d’un milliard de dollars d’actifs. Des « taux d’imposition confiscatoires » de 70 %, 80 % et même 90 % pour les riches ne peuvent que recueillir l’approbation de certains « forgotten people ».

Selon Münchau, non pas les pourcentages, mais la détermination d’inverser une tendance qui dure depuis 30 ans. Et cela devrait mettre fin au conte de fées de l’effet de « ruissellement » et des avantages fiscaux pour les riches.

Aujourd’hui, nous sommes encore dans la phase anti-immigration de Trump, conclut Münchau. Mais il y a aussi des perdants. Une fois qu’ils seront visible, le vent tournera. Lorsque l’industrie automobile allemande s’effondrera sous l’impulsion de l’inévitable voiture électrique et autonome. Nous entrons dans une époque où le radicalisme sera préféré à la modération et la gauche plus prisée que la droite. Et ce ne sera pas l’ère de Donald Trump.


Le fait à la matière…

Bonus 1 : Depuis que Donald Trump est au pouvoir, il a tweeté le mot « jobs » (’emplois’) 600 fois. Les mots « robot », « robots » ou « automatisation » … ne l’ont encore jamais été. (The New Yorker)

Bonus 2 : Steven Mnuchin, ministre des Finances américain et ex-Goldman Sachs, a déclaré qu’il ne s’attendait pas à constater un impact de l’automatisation avant 50 à 100 ans. Il a déclaré que le problème n’était pas encore visible sur son radar.

Bonus 3 : Le sénateur américain et candidat à la présidence, Bernie Sanders, a fait une déclaration audacieuse la semaine dernière:  » La famille Walton (propriétaires de la chaîne de supermarchés Walmart) gagne plus en une minute que l’employé moyen de Walmart en une année entière ».

Cette affirmation est néanmoins exacte, quelle que soit la méthode de calcul utilisée. Les Walton ont reçu un dividende de 25 149 dollars par minute à la fin de l’année dernière. Le personnel des magasins ne gagne jamais autant en un an.

A cet égard, la courbe de l’éléphant de l’économiste serbo-américain Branko Milanovicreste un classique. Elle montre clairement que les 0,01 % sont les gagnants absolus de la mondialisation. En 2017, ils ont pu s’accaparer 82 % de toutes les richesses supplémentaires.

Les Walton – mais aussi le patron d’Amazon Jeff Bezos, qui ne met que 9 secondes pour gagner le salaire annuel de son employé médian– se trouvent à l’extrême droite de la courbe, où elle monte en flèche. L’employé de Walmart susmentionné se situe entre le 55e et le 80e percentile, où la courbe descend fortement.