Fermeture des marchés alimentaires : une tragédie qui se déroule dans les économies émergentes et dont on parle à peine

Le protectionnisme agricole se répand dans toute l’Asie, et c’est une mauvaise nouvelle pour la sécurité alimentaire mondiale, déjà mise à mal par la guerre en Ukraine. David Beasley, directeur du Programme alimentaire mondial des Nations unies, a déclaré au Forum économique mondial de Davos la semaine dernière que « la situation alimentaire actuelle est pire qu’en 2007-2008, lorsqu’il y a eu des émeutes de la faim ». Aujourd’hui, plus de 50 millions de personnes supplémentaires seraient menacées par la famine.

La déclaration de M. Beasley fait suite à l’annonce par une série de pays asiatiques qu’ils restreignaient leurs exportations de produits alimentaires. Après le blé, l’Inde restreint maintenant aussi l’exportation de sucre, dont le pays est le deuxième exportateur mondial. La Malaisie a arrêté l’exportation de toute sa production de poulets. Avec 3,6 millions de poulets par mois, ce pays est le principal fournisseur de Singapour, de la Thaïlande, du Japon et de Hong Kong. La tendance est donc clairement à la « fermeture des marchés alimentaires mondiaux », selon le journal économique français Les Echos.

Le riz, la culture qui nourrit la moitié de la planète

La guerre en Ukraine est bien sûr la principale cause, mais l’inflation – les prix agricoles dépassent largement leur niveau record de 2008 – et les conditions climatiques provoquent également l’inquiétude des gouvernements du monde entier. Si l’Inde met un frein aux exportations de riz, une véritable catastrophe est imminente. Le pays produit 40% du commerce mondial de cette céréale qui nourrit la moitié de la planète. Le gouvernement indien nous assure « qu’à ce stade », il n’est pas question d’une interdiction d’exportation de riz. D’autres en sont moins sûrs.

Les problèmes sont bien plus importants. Ce que l’on appelait autrefois le tiers-monde – un terme qui n’est plus acceptable à l’heure du politiquement correct – est exactement perçu comme cela du point de vue des investisseurs internationaux : un tiers-monde.

Les économies de nombreux pays développés ont cessé de croître. Cela signifie qu’il ne reste pratiquement plus d’excédent pour les marchés dits émergents. Pas d’argent, pas de céréales, pas d’énergie abordable, pas d’attention, rien…

Les marchés de capitaux chinois particulièrement touchés

Même les gestionnaires de fonds d’actions retirent rapidement leur argent des marchés émergents. Au cours des dernières semaines, les ventes ont dépassé les achats d’actions, et les gestionnaires des compagnies d’assurance se retirent également des obligations d’État de ces pays.

Les marchés chinois – qui font encore partie des marchés de capitaux émergents – sont particulièrement touchés car les politiciens occidentaux annoncent désormais ouvertement la fin de la mondialisation et du libre-échange. Selon l’Institute of International Finance (IIF), plus de 13 milliards de dollars d’obligations chinoises et plus de 5 milliards de dollars d’actions chinoises ont quitté le marché en mars et avril. Ce n’est pas tant l’importance des sommes que le renversement de ce qui semblait être une tendance établie qui est remarquable.

Tout le monde se détourne des marchés émergents comme classe d’actifs

Selon Jonathan Fortun, de l’Institute of International Finance, « tout le monde se détourne des marchés émergents en tant que classe d’actifs ». Pour passer à des actifs plus sûrs.

L’agitation sociale et la famine guettent parce que la Russie et l’Ukraine sont actuellement défaillantes en tant que fournisseuses de blé et de maïs. La Russie a confisqué le contenu des grands silos à grains dans les villes portuaires ukrainiennes et ne livrera ce blé que si l’Occident assouplit ses sanctions.

« [L’Ukraine] produit suffisamment de nourriture pour nourrir 400 millions de personnes. Elle n’est plus sur le marché et la seule façon de la remettre sur le marché est de rouvrir les ports », a déclaré Beasley. Poutine aurait assuré à Scholz et à Macron que l’accès aux céréales ne resterait pas bloqué « si les sanctions contre son pays étaient levées ».

Il est compréhensible que l’Occident ne veuille pas faire l’objet d’un chantage. Mais les grands perdants de ce jeu de pouvoir sont les gens ordinaires des pays en développement. Ce qui manque à ces pays, c’est une personne dotée d’un mégaphone pour marteler les médias tous les jours et attirer l’attention sur le sort de ces personnes. L’attention n’est pas là : la misère est d’autant plus grande.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20