Et si la révolution venait de Nikola plutôt que de Tesla?

Badger – Nikola

Le constructeur de camions à l’hydrogène, Nikola Motor, a vu le cours de son action plus que doubler ce lundi à la bourse de New York.

Les actions de Nikola Corp, une start-up créée en 2014 à Salt Lake City et maintenant basée à Phoenix, ont clôturé à 73,27 dollars lundi soir, soit une hausse de 104%. L’entreprise a procédé à son introduction en Bourse jeudi dernier, non pas via une IPO traditionnelle mais en fusionnant avec VectoIQ Acquisition Corp, une société écran cotée au Nasdaq depuis 2018, explique le journal français Les Echos. La capitalisation boursière du constructeur de camions fonctionnant à l’hydrogène s’élève donc désormais à environ 26,4 milliards de dollars. C’est plus que Fiat-Chrysler et presque autant que Ford… Alors que Nikola ne prévoit pas de commencer à livrer des véhicules avant 2021.

Tout profit pour son fondateur et président exécutif, Trevor Milton, qui possède la plus grosse partie des quelque 360 millions d’actions en circulation, et dont la participation est désormais estimée à environ 8,1 milliards de dollars par le magazine Forbes.

La promesse du Badger

Comment expliquer un tel bond? Nikola Motor a annoncé dimanche que la firme commencerait à prendre les commandes pour son pick-up à l’hydrogène, baptisé Badger, à la fin du mois de juin.

La disponibilité limitée des actions a également joué, concède Trevor Milton. ‘Mais je pense qu’une grande partie de ce qui s’est passé (lundi, NDLR) est dû au fait que nous avons annoncé le lancement des réservations du Nikola Badger à partir du 29 juin’, explique-t-il à Forbes. ‘Tout notre modèle d’entreprise a été construit sur le semi-remorque. Nous avons donc été tarifés en fonction de ce que notre entreprise fera sur base des semis. Beaucoup d’analystes et d’investisseurs ne s’attendaient pas à ce que le Badger sorte aussi vite.’

De quoi faire trembler Tesla et Rivian?

Malgré le fait qu’aucune date de production n’ait encore été avancée pour le Badger, Trevor Milton se montre très optimiste concernant les pré-commandes à venir. ‘Le nombre de réservations et les revenus que nous attendons après le 29 juin sont étonnants – probablement l’un des plus grands nombres de réservations, je pense, de l’histoire récente’.

Avec le Badger, Nikola rentre en concurrence directe avec Tesla, et son Cybertruck, ainsi que le R1T de Rivian. L’entreprise de Phoenix affirme que sa technologique basée sur les piles à hydrogène offrira à son pick-up une autonomie deux fois supérieure à celle de ses rivaux. Elle promet en effet jusqu’à plus de 900 kilomètres par plein.

Son prix n’a cependant pas encore été communiqué.

Des revenus multipliés par 20 en 3 ans

Sur le marché des semi-remorques, Nikola Motor a déjà obtenu des commandes pour une valeur de 10 milliards de dollars de la part de plusieurs sociétés, dont notamment AB Inbev (Anheuser-Busch) qui désire acquérir 800 de ces camions non polluants, comme le relayait fin 2019 le site Gondola.

Selon, la SEC, le gendarme boursier américain, les revenus de Nikola devraient passer de 150 millions de dollars en 2021 à 3,2 milliards de dollars en 2024, hors revenus du Badger.

Longtemps freinée par des coûts de fabrication très élevés, la technologie de l’hydrogène dans le transport s’est fortement développée ces dernières années, y compris dans l’aviation. Cette expansion est également bien aidée par la mise au point de nouvelles méthodes permettant de produire de l’hydrogène ‘vert’ à partir d’eau et d’électricité issue de parcs solaires ou éoliens.