D’ici 2025, Uber veut effectuer la moitié de ses déplacements sans émissions à Bruxelles

Isopix

L’application de taxi américaine Uber veut être une plateforme de mobilité sans émissions d’ici 2040. À Bruxelles et dans plusieurs autres capitales européennes, Uber veut parcourir au moins la moitié des kilomètres sans émissions d’ici 2025.

L’entreprise technologique la plus connue pour son application de taxi veut se présenter comme une plateforme de mobilité douce. D’ici 2040, tous les trajets doivent être effectués dans des véhicules zéro émission.

Selon Uber, d’ici 2025, au moins 50% du total des kilomètres parcourus dans sept capitales européennes le seront en véhicules sans émissions. Outre Amsterdam qui vise elle le 100%, cette politique concerne Bruxelles, Berlin, Lisbonne, Londres, Madrid et Paris. Amsterdam doit donc être une sorte de précurseur, avec des trajets 100% électriques dans le périphérique (A10) notamment. Selon Uber, cette étape présente des avantages financiers pour les passagers et les conducteurs qui choisiraient l’option Uber Green.

Uber va débloquer 800 millions de dollars pour exécuter les plans. Avec cet argent, l’entreprise souhaite aider financièrement les conducteurs d’Europe et d’Amérique du Nord à passer à un véhicule zéro émission.

Uber a signé une lettre d’intention avec le constructeur automobile français Renault et son partenaire, le japonais Nissan, pour ‘électrifier’ sa flotte.