Devside, le développeur de l’appli de traçage belge, revendiquait injustement de grands noms comme clients

Isopix

Devside, la société bruxelloise qui a remporté l’appel d’offres du gouvernement pour développer l’application de traçage belge, a récemment retiré les logos de plusieurs grandes entreprises de sa page clients. Une enquête de la VRT a révélé que Devside n’avait jamais travaillé pour elles.

La décision de faire appel aux services du petit développeur d’applications de Woluwe-Saint-Pierre pour met au point l’application belge de tracing Corona avait à l’époque soulevé quelques interrogations. Personne ou presque n’avait entendu parler de Devside. De plus, d’après LinkedIn, la firme n’employait que deux développeurs. Le contraste entre une si petite entreprise inconnue et une mission aussi importante et sensible était interpellant.

Cependant, selon l’appel d’offres, le développeur avait déjà ‘construit une centaine d’applications’ au cours des dix dernières années, pour de grands noms. Une douzaine de logos de grandes entreprises telles qu’Audi, Pizza Hut ou BMW figuraient sur le site de l’entreprise pour soutenir cette affirmation. Sans toutefois qu’il n’y soit fait mention de missions concrètes.

Un portefeuille toujours plus petit

La semaine dernière, Devside avait retiré de son site plusieurs témoignages de clients satisfaits après que le spécialiste tech, Thomas Smolders, ait mis au jour le fait que ceux-ci avaient été fabriqués de toute pièce.

Et il ressort désormais d’une enquête de la VRT que l’entreprise aurait également placé à tort sur la page clients de son site certains logos d’entreprises bien connues. La chaîne de restauration rapide Pizza Hut, par exemple, a déclaré au site de la VRT qu’elle n’avait ‘jamais travaillé directement avec Devside’. Quelques heures plus tard, le logo de Pizza Hut avait disparu du portfolio du développeur de logiciels.

Le groupe belge de bancassurance Belfius n’a pas souhaité répondre à la demande d’information de la VRT, mais il a vraisemblablement exigé dans la foulée le retrait de son logo de la page de Devside puisqu’il n’y figurait plus quelques heures plus tard.

Trois autres sociétés appartenant au fondateur de Devide, Jean-Paul de Ville de Goyet, figurent également sur la page des clients: Lawrenza, un assistant virtuel pour les avocats, l’application de réservation Restominute et la plateforme de mobilité Jeasy.

Par contre, le groupe d’assurance DKV a pu confirmer à la VRT avoir bel et bien travaillé avec le développeur bruxellois d’applications.