Devenir sa propre banque sera bientôt possible : Visa veut rendre les transactions automatiques en Ether possibles depuis des wallets digitaux

Visa va bientôt proposer à ses clients propriétaires d’Ethereum de pouvoir faire tout type de paiements, y compris automatisés. Un pas de plus vers la décentralisation totale et donc le bypass des banques.

Pourquoi est-ce important ?

Avec l’affaire FTX, les gens ont perdu confiance en les crypto-monnaies. Visa pourrait rétablir une partie de cette confiance en proposant de lier le portefeuille de crypto-monnaies de leurs clients. Car si les plateformes d’échanges de crypto-monnaies ne donnent pas confiance aux non-initiés - et même à certains initiés depuis le scandale FTX - Visa, elle, joue sur son image et le fait qu’elle est une entreprise connue dans le monde entier.

L’actualité : Le géant du crédit Visa a publié aujourd’hui une proposition qui permettrait aux propriétaires de la cryptomonnaie Ethereum de mettre en place des paiements automatiques directement à partir de leurs propres portefeuilles, une proposition qui ne nécessiterait pas la participation des banques ou d’autres entités centralisées.

  • Cette proposition sur le site web de Visa est venue d’un concours entre les employés de l’entreprise en février pour résoudre le problème de savoir comment un propriétaire d’Ethereum pourrait payer une facture avec de la crypto-monnaie à une date ultérieure tout en étant temporairement éloigné du service Internet.
  • Catherine Gu, responsable des monnaies numériques et des protocoles de la banque centrale de Visa, qui a coécrit la proposition, déclare que « si l’un des principaux cas d’utilisation de la blockchain concerne les paiements, l’exigence fondamentale est que la blockchain fonctionne aussi bien qu’aujourd’hui, sinon mieux. »
  • La proposition de Visa fusionnerait essentiellement les deux en un seul compte, transformant le smart contract pour l’exécution des commandes en un portefeuille logiciel pour le stockage de cryptomonnaies. Un processus appelé abstraction de compte (AA).

Contexte : Il est déjà possible de payer en crypto avec une carte de paiements, mais pas encore de faire des paiements automatisés.

  • Avec une banque, le processus de prélèvement automatique est facile, car l’institution financière peut rédiger les règles qu’elle souhaite pour ses titulaires de compte. Mais c’est beaucoup plus compliqué dans le monde des blockchains publiques, où une base de code unique d’outils de base, appelés primitive blockchain, est accessible à tous. Le réseau Ethereum propose aujourd’hui des comptes à propriété externe (EOA), ou comptes d’utilisateur, et des comptes de contrat, qui exécutent automatiquement du code connu sous le nom de smart contracts.
  • L’idée de transformer le smart contract lui-même en portefeuille a été proposée en 2015 par le créateur d’Ethereum, Vitalik Buterin, et formalisée en 2017 sous le nom d’ethereum improvement proposal (EIP). Actuellement marqué comme « stagnant » résultant de plus de six mois d’inactivité, la proposition Visa pourrait rajeunir l’intérêt.
  • Bien que Visa ait été parmi les premiers géants du paiement traditionnel à prendre les actifs numériques au sérieux, avec le lancement en 2015 de sa première carte liée à la cryptomonnaie, elle est maintenant en concurrence avec des sociétés comme Mastercard, PayPal, et Block (anciennement connu sous le nom de Square), pour apporter ces paiements aux utilisateurs grand public.
  • Depuis que FTX a déposé son bilan en novembre, le volume des échanges centralisés est passé de 34 milliards de dollars à 14 milliards de dollars, selon Leeor Shimron, analyste chez Forbes et cofondateur et PDG du gestionnaire d’investissement NovaBlock. Après une hausse initiale du volume des échanges décentralisés, réalisés sur des bases de code qui connectent directement les traders, les chiffres ont diminué en raison de « la baisse des prix des actifs et donc d’un intérêt moindre à l’approche des fêtes », explique-t-il.
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20