De Fiat et Maserati à Peugeot et Opel: le clan Agnelli donne le top départ au nouveau groupe automobile Stellantis

John Elkann – Isopix

Plus d’un an après l’annonce de l’accord, le moment est enfin arrivé: les groupes automobiles FCA (dont Fiat et Chrysler) et PSA (dont Peugeot et Citroën) ont fusionné pour former Stellantis. Le président du géant sera John Elkann, un héritier de la dynastie commerciale italienne Agnelli.

John Elkann (à droite sur la photo), petit-fils du légendaire patron de Fiat Gianni Agnelli, traverse actuellement une période particulièrement intense. Non seulement cet homme de 44 ans dépanne Ferrari en tant que CEO temporaire, mais ce samedi marque également le premier jour officiel de Stellantis, qui sera coté à la bourse de Paris et de Milan dès lundi, et il devient le président du conseil d’administration. Il incombera donc à John Elkann de tracer les grandes lignes stratégiques du nouveau géant de l’automobile.

14 marques

Stellantis est le fruit de la fusion entre l’italo-américain FCA (Fiat Chrysler Automobiles) et le français PSA (Peugeot société anonyme), deux groupes automobiles qui étaient déjà eux-mêmes issus de fusions. Quatorze marques sont désormais réunies sous un même toit:

  • FCA: Abarth, Alfa Romeo, Fiat, Lancia, Maserati, Chrysler, Dodge, Jeep, RAM
  • PSA: Citroën, DS, Opel, Peugeot, Vauxhall.

Selon John Elkann, il s’agit d’une fusion ‘historique’. ‘Nous jouerons un rôle de premier plan au cours de la prochaine décennie, en redéfinissant la mobilité, comme nos prédécesseurs-fondateurs l’ont fait avec beaucoup d’énergie’, a-t-il déclaré lors de l’assemblée générale de FCA qui a approuvé l’accord.

Le clan Agnelli

Elkann a été nommé par son grand-père pour diriger l’empire Agnelli alors qu’il était encore jeune, à même pas 30 ans. Même s’il doit souvent partager la vedette avec son cousin Andrea Agnelli, qui a presque le même âge et est le président du club de football de la Juventus Turin. En tant que président de Stellantis, et également président et CEO temporaire de Ferrari, il est l’un des plus puissants patrons du monde de l’automobile. Dans le passé, il avait déjà tenté de fusionner FCA avec Renault-Nissan, mais cela a échoué. Avec PSA, il a rapidement trouvé un nouveau partenaire.

Les cousins Andrea Agnelli et John Elkann, lors d’un match caritatif de la Juventus – Isopix

Stellantis sera le quatrième constructeur automobile mondial, après Volkswagen, Toyota et Renault-Nissan. Carlos Tavares, le PDG chevronné de PSA, sera chargé des opérations quotidiennes. Le Britannique Michael Manley, qui a donné un nouveau souffle à la marque Jeep, sera responsable des activités américaines.

Avant la pandémie de coronavirus, FCA et PSA vendaient ensemble environ 8,7 millions de véhicules par an et généraient un chiffre d’affaires de 170 milliards d’euros.

Survivre

Selon les experts, la fusion était cependant une question de survie. L’augmentation d’échelle va permettre de partager les coûts élevés en matière de développement technologique et de production. Avec l’essor des véhicules électriques et l’arrivée probable des voitures autonomes, le secteur automobile se retrouve à l’aube d’une période où les constructeurs n’auront pas droit à l’erreur dans leurs décisions stratégiques.

Par ailleurs, le groupe aura un pied de chaque côté de l’Atlantique. Les marques américaines de FCA gagnent du terrain en Europe, tandis que des marques européennes comme Peugeot et Citroën pourraient se lancer aux États-Unis.

Le nom Stellantis signifie ‘ciel étoilé’, ce qui, selon les spécialistes du marketing, est ‘une référence visuelle à l’esprit d’optimisme, d’énergie et de renaissance d’une entreprise diversifiée et innovante, qui vise à devenir l’un des nouveaux leaders dans une nouvelle ère de la mobilité durable.’